Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 09:52

La tortue d'eau douce Matamata, de la famille des Chelidae, a un aspect original et pour le moins étrange en comparaison avec les autres espèces de sa famille. Elle est facilement identifiable. Son nom scientifique est Chelus fimbriata (Schneider, 1783). En créole, on la nomme "Toti sepa". Les anglo-saxons l'appellent "Matamata turtle" et les brésiliens "Mata-mata".

Elle peut atteindre jusqu'à 45 cm pour un poids maximum de 15 kg. Sa carapace se compose de trois rangées de plaques bosselées, dentelées et rugueuses, de couleur noirâtre à brun rougeâtre. Sa durée de vie varie entre 8 à 10 ans. Située à l'extrémité d'un long cou robuste; sa tête triangulaire est plate, et porte de nombreuses excroissances de peau comme sur son cou. De sa bouche, pendent des barbillons plus ou moins longs.

Ses courtes pattes sont munies de griffes. Ses yeux petits sont placés à l'extrémité du museau et luisent la nuit comme ceux des caïmans.

La tortue Matamata en Guyane (Chelus fimbriata)

La tortue Matamata peut rester plusieurs heures sous l'eau pour ne pas se faire repérer, se confondant avec le milieu ambiant. Elle reste immobile posée sur le fond et tend son cou pour respirer. Elle fréquente les zones humides comme les cours d'eau ayant un faible courant, les rivières et les marécages, préférant se positionner sous l'eau près de la berge. Sa carapace est parfois colonisée par des algues, ce qui accentue son camouflage.

 

 

Elle bouge très peu et la femelle ne quitte l'eau que pour aller pondre sur les berges boueuses entre 12 et 28 oeufs. L'incubation dure environ 200 jours. Elle peut pondre plusieurs fois dans la même année. Les juvéniles ne sont matures sexuellement que vers cinq ans.

La Matamata chasse à l'affut sous l'eau. Son régime alimentaire est essentiellement carnivore. Elle se nourrit de batraciens, de têtards et de poissons, et parfois de crevettes ou de petits rongeurs. Elle attaque soudainement et aspire les proies qui passent à sa portée. Sensible à la lumière du soleil, elle mène une vie de préférence crépusculaire.

La tortue Matamata en Guyane (Chelus fimbriata)

La Matamata est une tortue endémique du Nord de l'Amérique du Sud, on la trouve principalement dans les bassins des fleuves Amazone et Orénoque. On peut l'observer sur les plateaux des Guyanes (Guyana, Surinam, Guyane française), au Brésil, en Colombie, au Venezuela, en Equateur, au Pérou et également sur l'Île de Trinidad (Cf. ci-dessous : carte de la distribution géographique de Chelus fimbriata).

Le principal danger qui pèse sur la Matamata est la capture pour les collectionneurs. Dégageant une odeur nauséabonde, elle n'est pas chassée par l'homme et n'est pas non plus en proie à la prédation animale.

Bien qu'aucun règlement internationale ne régit sa capture, la tortue Chelus fimbriata est totalement protégée en Guyane.

La tortue Matamata en Guyane (Chelus fimbriata)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Futura Planète (site Internet) - Tortue Matamata.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 10:54

Le titre de cet article aurait pu aussi être "Le serpent et la grenouille", même si cela fait un peu penser à une fable de Jean de La Fontaine ! Mais c'est loin d'en être une ... c'est la simple histoire d'un serpent, très dangereux qui plus est, qui avait une faim de grenouille.

Dans cet épisode, il y a trois acteurs : la grenouille, le serpent et le photographe. Passons sur le photographe qui a eu la chance d'être là au bon moment. On ne peut pas en dire autant de la grenouille qui aurait mieux fait d'être ailleurs ce soir là. Mais c'est la dure loi de la nature, les petits se font manger par les plus gros. Sur ce dernier point, je ne vais pas m'étendre, vous connaissez le principe ...

La vedette de l'article est incontestablement le serpent qui est bien connu en Guyane comme très dangereux car susceptible d'infliger une blessure invalidante ou même fatale à l'homme ... On le rencontre aussi bien en forêt, savanes, zones cultivées que près des habitations. La présence de l'homme dans son environnement ne semble pas effrayer ce serpent, ce qui augmente les risques d'attaques ...

Membre de la famille des Viperidae, son nom scientifique est Bothrops atrox (Linnaeus, 1758). Son nom vernaculaire est Fer de lance. En Guyane, il est appelé Grage (commun) et ne doit pas être confondu avec Bothrops brazili, ou Grage petits carreaux, ni même avec Lachesis muta, Maître de la brousse ou Grage grands carreaux. Ces trois serpents figurent dans le petit article que l'on peut lire sur ce blog en cliquant "ICI" sur les serpents venimeux et dangereux de Guyane. Les brésiliens lui ont donné plusieurs noms : Jararaca, Jararaca do norte, cuamboia ou encore cambéua ...

Un serpent Fer de lance (Bothrops atrox) ingurgite sa proie ...

La victime au nom scientifique de Hypsiboas boans (famille des Hylidae) est une rainette arboricole de grande taille, très courante en Amérique du Sud, qui était positionnée sur une branche à environ un mètre du sol. Le Fer de lance s'est détendu à très grande vitesse et a mordu la malheureuse grenouille qui s'est effondrée sur le sol, a priori raide morte. Elle n'avait aucune chance face à ce serpent très rapide.

Le Bothrops atrox est un serpent principalement nocturne et terrestre. Dans la journée, il reste lové sur le sol. Il peut cependant avoir une activité diurne mais en fin d'après-midi, notamment en forêt et plutôt en saison des pluies. Dès la tombée de la nuit, il part en chasse et se nourrit de lézards, oiseaux, petits mammifères et, comme nous le voyons ici dans cet article, d'amphibiens.

Sur la première photo ci-dessous, la rainette semble se prélasser sur la branche d'arbre, ne se doutant pas de l'attaque imminente qu'elle va subir. La troisième photo nous montre la pauvre grenouille mordue par le Fer de lance et, tombée au sol, sans-doute déjà morte.

La grenouille est sur sa branche, surprise par l'éclair lumineux du flash photographique.

La grenouille est sur sa branche, surprise par l'éclair lumineux du flash photographique.

Le Fer de lance s'approche de l'arbuste sur lequel se trouve la grenouille.

Le Fer de lance s'approche de l'arbuste sur lequel se trouve la grenouille.

Après la morsure, la grenouille tombe sur le sol, les yeux éteints car sans-doute déjà morte.

Après la morsure, la grenouille tombe sur le sol, les yeux éteints car sans-doute déjà morte.

Il ne reste plus au Bothrops atrox qu'à ingurgiter sa victime, c'est ce qu'il va faire tout doucement, centimètre par centimètre (Cf. photo ci-dessous). Pour les plus grosses proies, le Fer de lance attend que le venin fasse son effet avant de les retrouver par l'odeur et de les avaler. La taille moyenne de ce serpent est d'environ 90 cm, même si certains peuvent atteindre entre 1 m 20 et 1 m 40, en particulier les femelles.

Ce serpent est agressif notamment lorsqu'il se sent menacé. Il n'hésite alors pas à attaquer en se positionnant en S et en agitant le bout de sa queue. La livrée du Bothrops atrox varie entre le gris et le noir marron et même le vert-bouteille avec des dessins géométriques en forme de V. Les juvéniles sont plus clairs et les dessins plus apparents. La queue de ce serpent peut être jaune ou blanche.

Le Bothrops atrox se rencontre assez fréquemment en Guyane et est responsable du plus grand nombre d'envenimations. En l'absence d'une prise en charge médicale rapide, les conséquences d'une morsure sont très graves et peuvent entraîner, sinon le décès, au moins des séquelles fonctionnelles. Son venin est nécrosant et hémorragique avec des saignements. Il existe des antivenins efficaces notamment en provenance du Brésil pour ces envenimations potentiellement mortelles.

Le Fer de lance ingurgite tranquillement sa proie, centimètre par centimètre.

Le Fer de lance ingurgite tranquillement sa proie, centimètre par centimètre.

Autres photos de la scène :

Cliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandir

Cliquer sur une photo pour l'agrandir

Source :

Serpents et amphisbènes de Guyane française de Fausto STARACE (Ibis Rouge Éditions).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 09:04

Pour tout vous dire, découvrir une bestiole dans sa piscine n'a rien d'inhabituel en Guyane, surtout lorsqu'on a un jardin sur les bords du littoral guyanais. Habitant à Remire-Montjoly, nous avons régulièrement des lézards, des iguanes, des crapauds, grenouilles et araignées ... Excepté pour les araignées, les grenouilles et certains iguanes, ces petites bébêtes ont en général besoin d'un coup de main pour sortir de leur bain.

Quant aux serpents, cela arrive assez régulièrement d'en rencontrer dans notre jardin. Il est par contre moins fréquent qu'ils décident de faire trempette. Mais il faut quand-même se méfier car si pratiquement tous les serpents de Guyane sont inoffensifs, certains peuvent cependant être qualifiés de "mordeurs". Il semble que celui qui s'est invité début février dans notre piscine fait partie de cette catégorie !

J'avais déjà rédigé un petit article sur ce blog sur un iguane qui se promenait sans crainte autour de la piscine (pour voir cet article, cliquer "ICI"). Il y a en effet souvent des iguanes, jeunes et moins jeunes, qui viennent se prélasser autour de cette piscine et qui finissent parfois par y faire un plongeon lorsque notre chien les a repérés.

Un serpent dans notre piscine à Montjoly !

Le serpent de notre piscine est un juvénile de la famille des Colubridae. Son nom scientifique est Mastigodryas boddaerti (Sentzen, 1796). Adulte, il peut mesurer au maximum 1 m 30. Diurne, terrestre et semi-arboricole, ce serpent est très vif dans ses déplacements. Je n'ai d'ailleurs pas réussi à l'extraire de la piscine avec une épuisette. Il a fallu que j'utilise une "frite" en mousse pour que notre serpent vienne se poser dessus, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

On observe ce serpent en forêt secondaire, dans les abattis, dans les zones cultivées, les plages, ainsi que les jardins. Il chasse au sol dans la végétation herbeuse et les petits arbustes. Il s'accommode bien de la présence des hommes et fréquente la proximité immédiate des maisons.

Il consomme des lézards, grenouilles, oiseaux, et petits mammifères qu'il rencontre en abondance dans les jardins des habitations.

Un serpent dans notre piscine à Montjoly !

Le Mastigodryas boddaerti est très irritable lorsqu'on le capture. Importuné et acculé, il fait vibrer violemment sa queue. C'est un serpent mordeur qui mastique facilement le doigt ou la main qui a réussi à le saisir. Il est donc préférable d'être prudent même si la morsure, certes parfois douloureuse, ne provoque pas d'envenimation. Il est en effet aglyphe, c'est-à-dire qu'il ne possède pas de crochets à venin ni d'appareil venimeux.

Une fois posé sur la frite, ce jeune serpent a été délicatement remis dans un buisson pour qu'il poursuive sa vie ... dans notre jardin ou ailleurs.

Il est présent dans tout le nord de l'Amérique du Sud, de la Bolivie jusqu'au Brésil.

Un serpent dans notre piscine à Montjoly !

D'autres petites bestioles dans la piscine ...

Cliquer sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquer sur une photo si vous voulez l'agrandir
Cliquer sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquer sur une photo si vous voulez l'agrandir

Cliquer sur une photo si vous voulez l'agrandir

Source :

Serpents et amphisbènes de Guyane Française, par Fausto Starace (Ibis Rouge Editions).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane Faune de Guyane
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 16:36

L'ara rouge (Ara Macao - Linnaeus, 1758) est de la famille des Psittacidés. D'une longévité pouvant atteindre les 80 ans notamment en captivité, sa durée de vie moyenne à l'état sauvage se situe entre 30 et 50 ans. C'est un très grand perroquet coloré avec une longue queue pointue. Sa taille est d'environ 89 cm pour un poids maximum de 1,5 kg. Sa tête et une grande partie du corps sont d'un rouge écarlate. Les parties nues de sa face sont blanches.

Les anglo-saxons le nomment "Scarlet Macaw", les brésiliens "Arara-canga" et les espagnols "Guacamaya roja". En créole guyanais, il est tout simplement appelé "Ara rouj".

En Guyane, on rencontre 6 espèces d'aras parmi les 17 existantes. Outre l'ara rouge, les plus connus en Guyane sont l'ara bleu (Cf. article sur ce blog "ICI") et l'ara chloroptère. Ce dernier se confond parfois avec l'ara rouge. L'ara chloroptère a du vert sur les ailes à la place du jaune.

Ara rouge (ara macao)

L'ara rouge est bruyant et pousse des cris stridents, rauques et secs. Il est tellement bruyant qu'il est assez facile à observer lorsqu'il se trouve non loin d'une habitation ou près d'une piste. Ses mœurs sont grégaires et on les retrouve souvent en couple pendant la période de reproduction. cette espèce est monogame et reste en couple durant toute leur vie. Assez prudent, l'ara rouge s'élève à la cime des arbres lorsqu'il est importuné.

Beaucoup moins nombreux que l'ara chloroptère, on le retrouve dans les zones côtières marécageuses, plus que dans l'intérieur. Ces photos ont été prises à côté de Saint Georges de l'Oyapock, non loin du village de Ouanary où il semble un peu plus abondant dans les forêts avoisinantes.

Arboricole, il se nourrit de fruits, de noix de palmiers et de graines et aime à se reposer à la cime des grands arbres. Son vol est direct, ses battements d'ailes sont réguliers mais manquent d'amplitude. Bien que sédentaire, il peut effectuer de petites migrations lorsque la nourriture vient à manquer.

Ara rouge (ara macao)

L'ara rouge est endémique de l'Amérique Centrale et du nord de l'Amérique du Sud. En Amérique Centrale, cet oiseau est présent du sud-est du Mexique jusqu'au nord-est du Nicaragua et du Costa Rica jusqu'au Panama.

Dans le nord de la Colombie, une population isolée occupe la vallée de la Magdalena. La partie principale de son aire géographique se situe sur le continent sud-américain, couvrant toute l'Amazonie du Vénézuela et des Guyanes jusqu'à l'Equateur, le Pérou, la Bolivie. Elle s'étend à travers tout le Brésil jusqu'au nord du Mato Grosso.

L'ara rouge est un oiseau des régions basses. On le trouve généralement en dessous de 500 m d'altitude, même s'il lui arrive parfois de grimper jusqu'à 1000 mètres.

Il est connu comme étant l'oiseau national du Honduras.

Ara rouge (ara macao)

L'ara rouge nidifie dans un grand trou à la cime des arbres. La femelle peut avoir entre 2 et 4 œufs, avec une couvée tous les deux ans. L'incubation dure entre 24 et 28 jours. Les jeunes, nourris par le couple, restent au nid environ 14 semaines. Ils resteront entre un et deux ans avec leurs parents avant de prendre leur envol définitif.

Comme les autres espèces frugivores, l'ara rouge est sensible aux atteintes portées à l'écosystème forestier et à la chasse malgré une protection légale. En Guyane, l'ara rouge est une espèce totalement protégée (interdite à la chasse et au commerce), de même que l'ara bleu et l'ara chloroptère.

Ara rouge (ara macao)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Oiseaux de Guyane (1992 - Société d'Etudes Ornithologiques).

Site Internet Les oiseaux du monde (http://www.oiseaux.net/oiseaux/).

Wikimedia commons.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 11:08

Dans le sujet concernant les Primates de Guyane sur ce blog qui renvoie vers des articles spécifiques décrivant chacun des huit singes présents dans ce département d'outre-mer, il manque encore quelques descriptions. Ce sera maintenant chose faite au moins pour le Capucin brun dont le nom scientifique est Cebus apella (Linnaeus,1758).

En créole, il est appelé "Makak nwé" (Macaque noir). Au Brésil, on le nomme "Macao prego", et les anglo-saxons l'appellent "Margarita Island Capuchin" ou bien "Black-capped Capuchin". En France, il est également appelé Capucin apelle ou Sapajou de Guyane.

Membre de la famille des Cébidés, le Capucin brun a une taille moyenne entre 35 cm et 41 cm (longueur tête-corps) et sa queue peut mesurer jusqu'à 43 cm. Son poids moyen est d'environ 3,4 kg mais peut atteindre jusqu'à 4,5 kg pour les mâles.

Il est de couleur marron avec des épaules plus claires formant un contraste bien visible avec le reste du corps. Les extrémités de ses membres sont presque noirs. Sa face est entourée d'un collier de barbe de poils noirs.

La queue du Capucin brun est préhensile, avec son extrémité enroulée vers le bas sauf quand il l'utilise pour s'agripper. Ce singe est agile, vif mais assez commun et pas très difficile à observer. Il ne doit pas être confondu avec le Capucin à tête blanche (Cebus olivaceus) également présent en Guyane, mais plus rare à apercevoir.

Le singe Capucin brun (Cebus apella)

Le régime alimentaire des Capucins bruns est très diversifié car ils mangent principalement des fruits, mais aussi des feuilles et des fleurs ainsi que des graines de palmiers ou même occasionnellement des insectes et des petits vertébrés comme des grenouilles, des petits oiseaux ou encore des lézards. Si la nourriture est abondante, ils resteront alors dans la même zone et se déplaceront peu. Par contre, à la fin de la fructification, ils pourront faire plus de trois kilomètres pour rechercher des fruits.

Cette espèce est l'une des rares d'Amérique du Sud à utiliser des outils comme des cailloux ou des bouts de bois pour casser des noix ou enlever l'écorce des arbres. Ils peuvent même recourir à certaines plantes pour nettoyer des plaies ou chasser des insectes, plantes qui sont d'ailleurs reconnues de la pharmacopée traditionnelle pour leurs propriétés répulsives ou cicatrisantes.

Très communicatif, le Capucin brun a un répertoire vocal assez riche, dont la manifestation la plus évidente est le cri d'alarme à la vue d'un prédateur pédestre, alors que le cri est différent s'il s'agit par exemple d'un aigle comme la harpie féroce (Harpia harpyia) qui a mis les petits singes a son menu ... D'une manière générale les capucins sont assez bruyants et émettent une multitude de petits cris et autres caquètements.

Le singe Capucin brun (Cebus apella)

Les bandes de capucins comprennent entre 10 et 20 individus, placées sous la domination d'un grand mâle adulte. Celui-ci contrôle notamment l'accès aux sites d'alimentation. L'organisation hiérarchique s'observe aussi lors des séances de toilettage où les mâles les plus âgés sont épouillés par leurs congénères plus jeunes.

Cebus apella fréquente différents types de lieux depuis la forêt primaire jusqu' aux zones inondables. En Guyane, et comme le singe écureuil ou Saïmiri (Saimiri scireus), on peut le rencontrer sur les îles du Salut, en particulier sur l'île Royale, où il a été introduit. Les deux espèces cohabitent sans la moindre difficulté.

La durée de vie moyenne d'un singe Capucin dans la nature est de 20 ans. Les naissances, au nombre de un à deux petits par portée, semblent avoir lieu à la saison sèche. La maturation sexuelle est atteinte vers l'âge de 7 ans. La période de gestation dure 180 jours.

Le singe Capucin brun (Cebus apella)

Cebus apella est présent, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, dans le Nord et dans le centre Nord de l'Amérique du Sud. On le trouve donc en Guyane, Suriname, Guyana, Venezuela, ainsi que dans une partie du Brésil dans les Etats d'Amapá, d'Amazonas, du Maranhão, du Pará, du Rondônia, du Roraima, et du Tocantins.

Cette espèce est interdite au commerce en Guyane, mais autorisée à la chasse de subsistance.

Le singe Capucin brun (Cebus apella)

Sources :

Les Primates de Guyane de Benoit de Thoisy et de Maël Dewynter dans la Collection Nature Guyanaise.

Faune de Guyane d'Eric Hansen et de Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Fiche d'identification (site Kwata)

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:11

Après avoir rédigé un précédent article sur l'Ibis vert (Mesembrinibis cayennensis) en Guyane, celui-ci est dédié à l'Ibis rouge dont le nom scientifique est Eudocimus ruber (Linnaeus,1758). Les anglo-saxons le nomment "Scarlet Ibis", et les brésiliens "Guara". En Guyane, il est appelé en créole "Flanman".

Membre de la famille des Threskiornithidés, Il est facilement identifiable avec sa couleur rouge écarlate et son long bec courbé. Les bouts de ses ailes sont noirs. La face, le bec et les pattes sont roses. Son iris est brun foncé. Les pieds sont légèrement palmés. Le mâle est un peu plus grand que la femelle et peut mesurer jusqu'à 68 cm. Le poids d'un mâle adulte est inférieur au kilogramme.

Sa couleur varie quelque peu du rouge écarlate au rose orangé selon les populations, la saison ou le régime alimentaire. Cette coloration spectaculaire est due à la présence de caroténoïdes, pigments contenus dans son alimentation et en particulier dans les crevettes.

La couleur de l'ibis juvénile ou immature est complètement différente. En effet, sa tête et son dos sont d'un brun terne avec un ventre blanc. Il n'atteindra la couleur rouge écarlate que progressivement, mais pas avant ses deux ans.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

L'ibis rouge vit dans les marais côtiers ou de l'intérieur, comme les savanes inondées, les vasières ou les lagunes mais aussi dans la mangrove. On le retrouve dans pratiquement tous les estuaires des grands cours d'eau de Guyane : Sinnamary, rivière de Kaw, Approuague, Mahury ou Malmanoury.

L'espèce se reproduit dans d'immenses colonies pouvant regrouper plusieurs milliers d'individus qu'on trouve dans les jeunes palétuviers en front de mer. La colonie la plus importante en Guyane est localisée entre Kourou et Sinnamary. Une autre colonie moins importante est située au niveau de la Pointe Béhague, près de l'embouchure de l'Approuague.

La saison de reproduction est entre mi-avril et début juin. Le nid est constitué d'une plateforme dans la mangrove où la femelle pond en moyenne deux œufs, de couleur vert pâle à crème avec des marques sombres. La couvaison dure 21 jours et est faite par les 2 parents. A l'âge de 50 jours environ, les jeunes devenus autonomes quittent la colonie.

La mortalité des juvéniles est très importante et avoisine les 50%. Un couple d'ibis rouge n'élève donc en moyenne qu'un seul jeune par an, ce qui rend cette espèce encore plus vulnérable. La durée de vie d'un ibis rouge est d'environ quinze ans.

L'ibis rouge vole à une haute altitude et peut atteindre de grandes vitesses. Lorsqu'ils sont dérangés, tous les oiseaux d'un même site de nidification s'envolent en même temps. Les querelles territoriales entre mâles sont assez nombreuses.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

Outre des crevettes, les ibis rouges se nourrissent d'écrevisses, de petits crabes, de vers, de mollusques, d'amphibiens, de petits poissons, de larves et d'insectes aquatiques. Leur long bec courbé permet de fouiller profondément la vase et d'y rechercher leur alimentation.

Considéré comme un gibier, on trouvait de l'ibis rouge dans de nombreux restaurants créoles en Guyane jusqu'au milieu des années 1980. Pourchassé pour sa viande, la beauté de son plumage a failli également lui coûter sa disparition totale du paysage guyanais. Un véritable artisanat s'était en effet créé à partir de leurs plumes avec lesquelles on fabriquait des fleurs.

Jadis très abondant, il semble que dans les années 1950, les abords du port de Cayenne étaient "rouges" d'ibis à marée basse. Mais la pression de chasse et celle de l'artisanat local accentuèrent le déclin de cette espèce qui ne fut complètement protégée qu'à partir du 15 mai 1986 par un arrêté ministériel. Malgré cela, le braconnage se poursuivit encore durant quelques années.

Comme l'ibis vert, l'ibis rouge est heureusement aujourd'hui totalement protégé en Guyane par une interdiction de chasse et de commerce. Par ailleurs, Il est depuis 1987 inscrit dans l'annexe II de la Convention de Washington sur le commerce des espèces en voie de disparition.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

De nombreuses agences touristiques en Guyane vous proposent maintenant des balades ou de courtes expéditions en pirogue pour aller admirer les ibis rouges dans leur milieu sur les différents cours d'eau comme le Sinnamary, la rivière de Kaw ou encore sur l'Approuague.

On trouve des Ibis rouges principalement sur la partie côtière du Nord de l'Amérique du Sud comme on peut le voir sur la carte de l'IUCN ci-dessous : Argentine, Colombie, Venezuela, Trinidad et Tobago (l'ibis rouge est l'emblème du pays), Suriname, Guyana, Guyane française, Brésil.

Cette espèce s'est aussi répandue dans les pays de la région comme par exemple au Belize, dans le sud des Etat-Unis, à Aruba, Cuba, Grenade, Jamaïque et au Panama.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

Sources :

Portraits d' oiseaux guyanais (Groupe d'étude et de protection des oiseaux de Guyane) chez Ibis rouge éditions.

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 16:32

Membre de la famille des Canidés, ce petit carnivore court sur pattes est appelé en créole guyanais Chien bois (Chyen bwa) et en français Chien des buissons. Son nom scientifique est Speothos venaticus (Lund, 1842). Les anglo-saxons l'appellent "Bush dog" ou "Savannah Dog", et les brésiliens "Cacharro-do-mato".

Sa hauteur moyenne est d'environ 30 cm pour une longueur de 60 cm (tête-corps) avec une petite queue bien fournie et très sombre de 15 cm maximum. Ayant un poids de 7 kg, son pelage est court, drue et son museau court. Il possède une tête plutôt carrée avec des petites oreilles arrondies.

Sa silhouette est trapue avec un corps cylindrique. Son pelage est marron brun en s'assombrissant vers l'arrière. Ses pattes son palmées car c'est un excellent nageur et plongeur. On peut dire que c'est un animal semi-aquatique.

Chien bois ou chien des buissons (Speothos venaticus)

Diurne, il vit seul ou en petits groupes de 4 à 10 individus très hiéarchisés. Il fait son gite dans des terriers ou dans les cavités des arbres et ne s'éloigne pas des abords des bois. Sa durée de vie est de l'ordre d'une dizaine d'années. Il atteint la maturation sexuelle vers l'âge de un an. La gestation de la femelle dure une soixantaine de jours et elle met au monde au maximum 6 petits à chaque portée.

Il se nourrit de gros rongeurs comme l'agouti ou le cabiaï mais aussi des oiseaux, des amphibiens et des reptiles. Les chiens bois marquent leur territoire, aussi bien les mâles que les femelles, en urinant sur les arbres en position debout.

Cliquez sur la photo pour l'agrandirCliquez sur la photo pour l'agrandir

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

L'espèce Speothos venaticus est considérée comme menacée et vulnérable par l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). En Guyane, elle est complètement protégée, interdite à la chasse et commerce.

Le chien bois est en effet menacé par la diminution de son territoire, la disparition de l'abondance de ses proies en raison du braconnage et de la prédation des chiens domestiques et de chasse qui peuvent leur communiquer des maladies mortelles.

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, le chien bois est présent en Amérique centrale et au Nord de l'Amérique du Sud : Bolivie, Colombie, Panama, Equateur, Surinam, Guyana, Guyane française, Paraguay, Venezuela, Pérou et Brésil.

Chien bois ou chien des buissons (Speothos venaticus)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

IUCN - Speothos vanaticus (http://www.iucnredlist.org/details/20468/0)

Chien des Buissons (Wikipédia).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 10:40

L'Atèle noir ou singe araignée noir a le nom scientifique de Ateles paniscus (Linnaeus, 1758). Les anglo-saxons l'appellent "black spider monkey" ou "Red-faced Black Spider Monkey " et les brésiliens "Macaco-aranha" ou "Coata". En Guyane, son nom créole est "Kwata".

Ce primate de la famille des Cébidés (Cebidae) est de grande taille. Son corps (tête-tronc) peut atteindre entre 40 et 66 cm et sa queue préhensile jusqu'à 90 cm. Son poids maximum est de 14 kg. Son pelage est long et entièrement noir. Sa face est de couleur rose-rouge. Sa tête est petite, étroite au sommet avec des poils pointant de part et d'autre au-dessus des oreilles.

L'atèle noir est le singe le plus agile et rapide du continent sud-américain. Il est avantagé par une longue queue préhensile qui lui sert de balancier et de cinquième membre.

L’Atèle noir ou singe araignée noir (Ateles paniscus)

Diurne et arboricole, il ne vit que dans la canopée de la forêt primaire. Le domaine vital de ce primate s'étend sur deux à trois cents hectares. On rencontre des petits groupe d'une quinzaine dizaine d'individus ou plus mais qui se fragmentent fréquemment en sous-groupes de 4 à 8 individus. Ils se déplacent souvent en file indienne.

L'atèle se nourrit principalement de fruits avec parfois des feuilles, des bourgeons et autres fleurs. Consommant une grande variété de fruits et aussi de plantes, il est considéré comme l'unique disséminateur pour de nombreux arbres.

En saison d'abondance des fruits entre février et juin, donc avec une alimentation plus énergétique, il peut parcourir jusqu'à 5 km en une journée. Par contre en saison sèche, en raison d'un régime alimentaire plus faible, les atèles se reposent davantage et effectuent des déplacements plus courts.

L’Atèle noir ou singe araignée noir (Ateles paniscus)

Le jeune singe araignée noir n'est mature qu'à partir de cinq ans. De plus, son taux reproducteur est très faible, environ un petit qui ne pèse pas plus de 480 grammes tous les quatre ans et une gestation de 7 mois et demi. Ceci peut expliquer leur rapide disparition dans les zones où ils sont chassés. Le jeune tète sa mère durant trois ans mais reste encore plusieurs années avec elle.

Cette espèce peut vivre environ 40 ans. Lorsque des intrus pénètrent sur leur territoire, ils jettent des petites branches cassées dans les arbres, notamment sur les hommes.

Menacé d'extinction notamment par la chasse, l'atèle noir est complètement protégé en Guyane (Espèce interdite à la chasse et au commerce). On le rencontre sur le plateau des trois guyanes et au nord du Brésil comme on peut le voir sur la carte ci-dessous.

Si vous voulez avoir un aperçu des autres singes de Guyane, c'est "ICI"

L’Atèle noir ou singe araignée noir (Ateles paniscus)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Les Primates de Guyane par Benoit de Thoisy et Maël Dewynter aux éditions Collection Nature Guyanaise.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:36

Membre de la famille des Testudinidés, la tortue denticulée est la plus grosse tortue terrestre d'Amérique du Sud et l'une des deux tortues terrestres de Guyane avec sa cousine la tortue charbonnière. Son nom scientifique est Chelonoidis denticulata (Linnaeus, 1766). Les créoles l'appellent "Toti terre", tandis que les anglo-saxons la nomment "South American Yellow-footed Tortoise".

Cette tortue peut mesurer plus de quarante centimètres de long et peser plus de 7 kg. Sa carapace dorsale est très bombée avec une coloration brune et des taches jaunes au centre des écailles. La partie ventrale ou plastron est jaune et brun noirâtre. Chez les jeunes, le bord externe des écailles est dentelé d'où son nom d'espèce "denticulata" mais devient plus lisse avec l'âge.

Ses pattes et sa tête ont des plaques jaunes à légèrement orangées, mais pas rouges comme la tortue charbonnière (Chelonoidis carbonaria).

La Tortue denticulée (Chelonoidis  denticulata)

Omnivore, la tortue denticulée vit en sous-bois de forêt humide contrairement à la tortue charbonnière qui fréquente les milieux ouverts comme les savanes. On peut l'entendre progresser en piétinant les feuilles ou l'apercevoir lorsqu'elle traverse des layons dans la forêt.

Elle est active le matin et le soir lorsqu'elle cherche à se nourrir d'insectes divers ou de fruits tombés au sol. Elle mange aussi les termites et des cadavres de petits animaux.

Les pontes se déroulent en saison sèche avec 4 à 8 oeufs posés à même le sol pour quelques uns et pour les autres enterrés de quelques centimètres.

 

La Tortue denticulée (Chelonoidis  denticulata)

L'espèce Chelonoidis (Geochelone) denticulata se rencontre en Bolivie, dans le bassin de l'Amazone au Brésil, en Colombie, en Équateur, en Guyane, au Guyana, au Pérou, au Suriname, au Venezuela et à Trinidad et Tobago.

L'arrêté ministériel du 15 mai 1986 la protège théoriquement du commerce et de l'exportation. Cette tortue préparée de différentes façons peut constituer un met de choix en Guyane !

La Tortue denticulée (Chelonoidis  denticulata)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen

La tortue denticulée (Association Kwata / Charlotte Briand)

Chelonoidis denticulata (Wikipédia).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 17:06

La Sturnelle militaire est appelée "Rouj gorj" en créole. Les anglo-saxons la nomment ""Red-breasted Blackbird". Son nom scientifique est Sturnella militaris (Linnaeus,1758). Sa taille est d'environ 19 cm pour un poids de 40 g.

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, le mâle a le plastron rouge écarlate, du bec jusqu'au milieu du ventre. Le dessus est brun noir. Quant à la femelle, la couleur dominante est marron. Sur son dos, il y a de nettes striures de couleur crème comme on peut également le constater sur la photo du dessous.

La Sturnelle militaire (Sturnella militaris)

La Sturnelle militaire est présente sur le littoral et affectionne les zones ouvertes humides comme les prairies, savanes, marais herbacés et les rizières. Elle est sociable et se regroupe par dizaine en dehors de la période de reproduction.

En Guyane, on la retrouve notamment dans les pâturages de Macouria et de Sinnamary, sur les pelouses des aérodromes de Saint Georges et de Félix Eboué, dans les savanes du Centre Spatial Guyanais à Kourou, dans les rizières de Mana et les marais de Kaw.

Elle apprécie les piquets de clôture comme perchoirs, en particulier pour chasser ou chanter. Son régime varié est principalement constitué d'insectes et de graines.

La Sturnelle militaire (Sturnella militaris)

Pour parader, le mâle s'élève jusqu'à une dizaine de mètres de hauteur, puis se laisse retomber avec les ailes à moitié ouvertes tout en chantant. Le nid abrite en général trois œufs et est construit à même le sol, en forme de panier caché par les herbes.

La période de nidification n'est pas bien connue en Guyane. Dans le pays voisin le Suriname, il semble que Sturnella militaris nidifie tout au long de l'année.

On retrouve la Sturnelle militaire au nord du Brésil, en Guyane, au Suriname, au Guyana, au Venezuela, en Colombie, au Panama, dans le sud du Costa Rica et dans nord-est de l’Équateur (Cf.la répartition géographique ci-dessous).

La Sturnelle militaire (Sturnella militaris)

Sources :

Portraits d'oiseaux guyanais chez Ibis Rouge Editions (Groupe d'étude et de protection des oiseaux de Guyane).

Oiseaux de Guyane par la Société d'Etudes Ornithologiques (O. Tostain, J-L. Dujardin, Ch. Erard et J-M. Thiollay).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 15:41

L'ara bleu est un grand perroquet du genre Ara parmi les six espèces qu'on rencontre en Guyane sur les 17 existantes. Membre de la famille des Psittacidés (Psittacidae), l'ara bleu est facilement reconnaissable avec le dessus bleu turquoise et le dessous jaune d'or. Le front et le dessus de la tête sont d'une couleur verte.

Son bec gros et puissant est noir gris sombre. La peau nue blanche de la face est traversée de minces filets de plumes noires. L'iris de ses yeux est jaune pâle. Ses pattes sont également gris sombres. Sa taille est de 86 cm et son poids ne dépasse pas les 1400 grammes. Lorsqu'il vole, l'envergure de ses ailes peut atteindre 115 cm. Il peut vivre 60 ans.

Son nom scientifique est Ara ararauna (Linnaeus, 1758). Les anglo-saxons l'appellent "Blue-and-yellow Macaw" et les espagnols "Guacamayo Azulamarillo". Les brésiliens le nomment "arara-amarela" ou "arara-azul" et les créoles "Ara blé".

L'Ara bleu (Ara ararauna)

L'ara bleu est très bruyant et émet des cris rauques et puissants. Il vit en petits groupes et en couple. Les couples restent formés même lorsqu'ils sont en bandes et lorsqu'ils se déplacent l'un à côté de l'autre, les ailes restant très rapprochés.

Ses oiseaux nichent dans des trous de palmier sec. Lors de la nidification, la femelle pond en moyenne deux œufs (entre 1 et 3). Après l'incubation qui dure entre 25 et 28 jours, les petits quittent le nid au bout de trois mois environ.

L'ara bleu se nourrit en haut des arbres principalement de graines et de fruits. Il consomme aussi de l'argile qu'il trouve au bord des cours d'eau.

L'Ara bleu (Ara ararauna)

Cet oiseau vit dans les forêts, les savanes, les clairières, les marécages et le long des rivières et des fleuves. Bien que ces oiseaux fassent l'objet d'une réglementation en Guyane qui en interdit la chasse, la capture, le commerce et le transport (Arrêté du 15 mai 1986), sa détention est malgré tout encore autorisée.

Il n'est donc pas si rare de voir ces magnifiques oiseaux en captivité dans les bourgs et villages. Victimes de leur beauté, les aras sont souvent capturés pour être vendus en toute illégalité. Comme pour toutes les espèces mentionnées dans la Convention de Washington, les détenteurs doivent cependant être en mesure de justifier d'un certificat d'origine valable auprès des services habilités.

Cliquer sur la photo que vous voulez agrandir.Cliquer sur la photo que vous voulez agrandir.

Cliquer sur la photo que vous voulez agrandir.

L'ara bleu est endémique du bassin de l'amazone en Amérique du Sud. Son aire de distribution déborde sur les Guyanes, une partie Nord et Sud du Venezuela, le Nord de la Bolivie, le Nord-Est du Pérou, une grande partie du Brésil excepté la côte atlantique après le fleuve amazone.

Deux populations isolées vivent en Equateur et au nord-ouest de la Colombie.

L'Ara bleu (Ara ararauna)

Sources :

Portraits d'Oiseaux Guyanais (GEPOG) chez Ibis Rouge Editions.

Ara bleu - Wikimedia Commons

www.oiseaux.net

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 10:39

Le Cacique cul-jaune (également orthographié Cassique) est une espèce de passereau d'Amérique du Sud, de la famille des Ictéridés. C'est un oiseau grégaire et bruyant qui se caractérise par le jaune éclatant du croupion, des sous-caudales et de la partie antérieure de la queue ainsi que du haut des ailes qui accentue le contraste avec le noir vif du reste de son plumage. Il est donc facilement identifiable.

Son nom scientifique est Cacicus cela (Linnaeus,1758). Les anglo-saxons le nomment "Yellow-rumped Cacique" alors que les espagnols le désignent sous le nom de "Cacique Lomiamarillo". En Guyane, on lui donne l'appellation créole locale de "Tchou jonn".

Sa taille varie quelque peu autour de 25 cm pour un poids d'environ 100 g. La pupille de l'œil est noir avec un cercle oculaire bleu. Son bec est blanc-crème, long et fort à la base. Les pattes sont noires. Il y a peu de différence de plumage entre le mâle et la femelle. La femelle a, en général, une couleur jaune plus terne. Les juvéniles n'ont pas encore le cercle oculaire bleu de leurs parents.

Le Cacique cul-jaune (Cacicus cela)

Sédentaire, le Cacique cul-jaune occupe les forêts clairsemées et les lisières forestières. On le retrouve aussi en bordure de savanes, d'abattis, de prairies, de marais ou de rivières. Il ne s'aventure dans la forêt dense que pour se nourrir. Il arrive même de le trouver dans les bourgs ou villages. Il affectionne aussi les îles où les prédateurs sont plus rares.

Cet oiseau bavard qui pousse souvent des cris d'alarme, peut produire des chants différents en fonction de l'heure de la journée, mais il est aussi en mesure d'imiter le chant d'autres espèces ! Il est très commun en Guyane où il est donc facile de l'observer. Le "Cul-jaune" établit des colonies comptant souvent des dizaines de nids actifs dans des arbres isolés et de grande taille. En milieu rural, les manguiers sont souvent des endroits de prédilection pour construire leur nids au fil des ans. Souvent les nids sont construits en association avec un nid de guêpes, ce qui entraîne une certaine protection contre les prédateurs pour les œufs et les poussins.

Le Cacique cul-jaune (Cacicus cela)

Le Cacique cul-jaune est polygame. Un mâle dominant (dominance déterminée par le poids) peut avoir plusieurs femelles successivement. Cependant, le mâle restera avec la femelle qui couvera 2 œufs bleutés ponctués de taches brunes pendant deux semaines. Puis, la période de nourrissage des poussins dure entre 24 et 29 jours, jusqu'au moment où le petit quittera le nid après avoir été exclusivement nourris par la femelle.

Le nid est fabriqué uniquement par la femelle qui mettra une dizaine de jours pour le construire à partir de fibres végétales et de palmes, en forme de chaussette. Comme on peut le voir sur les différentes photos de ce petit article, le nid a une longueur de 40 à 50 cm. L'ouverture du nid accroché à une branche est étroite et par le haut.

Le mâle défendra farouchement le nid et sa progéniture. Il n'est pas rare de trouver une centaine de nids de Cacicus cela accrochés à un ou de grands arbres proches les uns des autres. La période de reproduction en Guyane est continue tout au long de l'année. Les colonies peuvent aussi être mixtes, composées à la fois de caciques cul-jaune et de caciques cul-rouge (Cacicus haemorrhous), mais uniquement en forêt. Le Cacique cul-rouge est en effet absent des villages et des bourgs.

Le Cacique cul-jaune (Cacicus cela)

Le Cacique cul-jaune se nourrit de fruits et de baies mais aussi d'insectes comme les termites, criquets et blattes. Il utilise une technique originale qui consiste à introduire son bec fermé, pointu et massif, dans les fruits, fleurs, bois pourri puis ouvre ses puissantes mandibules pour extraire de ce trou béant la nourriture et les sucs recherchés.

Cet oiseau d'Amérique du Sud n'est pas menacé et ne fait l'objet d'aucune protection particulière. Le Cacicus cela est présent de l'Amérique centrale (Panama) jusque dans la partie nord du Brésil, et notamment sur la côte Nord-Est.

Le Cacique cul-jaune (Cacicus cela)

Sources :

Portraits d'oiseaux guyanais (Groupe d'Etudes et de Protection des Oiseaux en Guyane - GEPOG) chez Ibis Rouge Editions.

Oiseaux de Guyane par O.Tostain, J-L. Dujardin, Ch. Erard & J-M Thiollay, édités par la Société d'Etudes Ornithologiques (S.E.O) en 1992.

Site Internet Oiseaux du Monde (www.oiseaux.net).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 14:56

Le Cabiaï, également appelé cochon d'eau ou kapiaye en créole guyanais, est le plus gros rongeur du monde, de la famille des hydrochéridés dont il est le seul membre. Les anglos-saxons l'appellent "Capybara" et les brésiliens "Capivara". Son nom scientifique est Hydrochoerus hydrochaeris (Linnaeus,1766) ou Hydrochaeris hydrochaeris (synonyme).

Ce mammifère semi-aquatique a d'autres noms vernaculaires comme Capybara ou Capibara. Il vit en groupe et nage très bien. Lorsqu'il se sent menacé, il plonge dans l'eau et peut parcourir de longues distances sous l'eau en marchant au fond.

Il existe une autre espèce, le Cabiaï de Panama (Hydrochoerus isthmius) qui est un peu plus petite que sa collègue d'Amérique du Sud. Elle vit à l'extrême nord de l'Amérique du Sud (Colombie et Venezuela) et au Panama.

Le Cabiaï (Hydrochoerus hydrochaeris)

Le cabiaï peut mesurer entre 1 m et 1 m 30 (tête-corps) et peut peser jusqu'à 65 kg. Sa queue ne mesure pas plus de 2 cm, et est invisible. Son pelage, de couleur brun marron, est rude, peu fourni et assez long sur le dos. Il a une grosse tête rectangulaire au museau carré. Ses oreilles sont petites, arrondies et positionnées sur le haut du crâne.

Ses pattes sont robustes avec quatre doigts aux pattes avant et trois doigts aux pattes arrière. Ses pieds sont palmés jusqu'à la base des griffes. Ses yeux sont petits et situés au-dessus du museau.

La durée de vie du cabiaï est d'environ douze ans à l'état sauvage, mais sa longévité peut atteindre 20 ans en captivité.

Le Cabiaï (Hydrochoerus hydrochaeris)

La femelle cabiaï peut avoir entre deux à huit petits par portée même si la moyenne est autour de quatre. La gestation dure approximativement 130 jours. Les nouveau-nés peuvent accompagner leur mère et manger comme elle, mais ils boivent du lait et ne sont pas sevrés avant 16 semaines.

Hydrochoerus hydrochaeris est à la fois diurne et nocturne. On le rencontre toujours en groupe d'une dizaine d'individus composé de quelques mâles, de femelles et des petits. Ils vivent toujours à proximité de l'eau (rivières, lacs, marécages, savanes inondées) et se nourrissent en broutant principalement les plantes aquatiques.

Très bon nageur et plongeur, il remonte respirer au ras de l'eau. Seuls affleurent ses yeux, ses oreilles et ses narines. Même l'accouplement se déroule dans l'eau après un cérémonial complexe. L'eau lui permet aussi de mieux réguler sa température.

Le Cabiaï (Hydrochoerus hydrochaeris)

Les gros félins comme les jaguars, les pumas mais aussi les anacondas menacent principalement les petits. Mais la principale menace est une fois de plus l'homme. Le cabiaï est en effet chassé pour sa chaire et sa peau. En Guyane, il est autorisé à la chasse et au commerce.

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessous indiquant sa distribution géographique, l'espèce Hydrochoerus hydrochaeris se rencontre sur une grande partie de l'Amérique du Sud, depuis le nord jusqu'en Argentine, excepté toute la côte Ouest.

Le Cabiaï (Hydrochoerus hydrochaeris)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen

Capybara - Wikipedia

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 17:27

Le fourmilier géant est également appelé "Tamanoir" ou "grand tamanoir". Les créoles en Guyane le nomment Tamanoi ou Manjo fronmi. Les brésiliens l'appellent "Tamanduá-bandeira", les anglo-saxons "Giant Anteater" et les allemands "Grosser Ameisenbär".

Son nom scientifique est Myrmecophaga tridactyla (Linnaeus, 1758). Le fourmilier fait partie de l'ordre des Xénarthres (Xenarthra) avec les paresseux et les tatous. Il est de la famille des Myrmécophagidés.

Sur ce blog, vous trouverez un petit article sur le tamandua ou fourmilier (Tamandua tetradactyla) et un autre sur le Myrmidon ou fourmilier nain (Cyclopes didactylus), deux autres fourmiliers que l'on trouve aussi en Guyane.

Le fourmilier géant mesure entre 1 m et 2 m (tête-corps) et sa queue peut atteindre jusqu'à 90 cm. Il pèse entre 22 et 40 kg.

Le Fourmilier géant ou Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla)

Le grand tamanoir est recouvert de poils raides, de même que sa longue queue non préhensile dont les poils pendent jusqu'au sol. Sa tête est fine, très allongée avec de tout petits yeux. Son corps est marron gris avec une large bande noire bordée de blanc couvrant le cou, la poitrine, l'épaule et se terminant en pointe.

Ses pattes avant sont claires, avec une bande noire marquée au poignet, se terminant par trois très grosses griffes et deux plus petites. Les pattes arrière ont cinq petites griffes. Il a une crinière de poils au milieu du dos de plus en plus longs vers l'arrière du corps. Les poils sont grossiers, épais, ternes, rayés noir marron et gris.

Son cerveau est petit comparé aux autres mammifères, et cela a pour objectif de réduire la consommation énergétique qui est l'organe demandant le plus d'énergie chez les mammifères. Ses oreilles sont aussi petites et rondes et son odorat est 40 fois plus puissant que celui de l’homme.

Le Fourmilier géant ou Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla)

Le fourmilier géant vit en solitaire. Il a une démarche caractéristique car il pose les pattes avant sur les articulations, griffes en dedans. La femelle en déplacement porte son petit sur son dos, pendant au moins dix mois, comme on peut le voir sur les deux photos ci-dessus. La femelle n'a qu'un seul petit par portée.

Lorsqu'il se sent en danger, il peut se redresser sur ses pattes arrière et menacer ou frapper avec ses puissantes griffes antérieures. Cette espèce se rencontre aussi bien en forêt qu'au milieu de la savane côtière.

Le tamanoir se nourrit principalement de fourmis mais aussi de termites. Lorsqu'il s'attaque à une termitière, il y introduit son museau, et avec sa langue gluante d'environ 50 cm peut faire jusqu'à 150 allers-retours par minute en explorant tous les recoins. Il peut ingurgiter jusqu'à 30.000 insectes par jour.

La durée de vie d'un fourmilier géant est d'environ 25 ans.

Le Fourmilier géant ou Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla)

Myrmecophaga tridactyla se retrouve, comme on peut le voir sur la carte ci-dessous, sur une grande partie Nord et Centre de l'Amérique du Sud, ainsi que dans une partie Sud de l'Amérique centrale.

En Guyane, cette espèce est totalement protégée. Sur la liste rouge de l'IUCN (International Union for Conservation of Nature), le grand fourmilier est classé Vulnérable.

Le Fourmilier géant ou Tamanoir (Myrmecophaga tridactyla)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen

Tamanoir - Wikipedia

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 07:49

Les lamantins sont aussi communément appelés vaches de mer. Celui présent en Guyane a le nom scientifique de Trichechus manatus (Linnaeus, 1758). Il s'agit du lamantin d'Amérique, espèce la plus nombreuse encore en vie de mammifère de l'ordre des Siréniens, avec les dugongs (famille des Dugongidae) et la Rhytine de Steller, éteinte depuis le XVIIIe siècle. Le "Trichechus manatus" est aussi appelé lamantin des Caraïbes ou lamantin des Antilles.

Le lamantin d'Amérique est une espèce distincte du lamantin d'Amazonie (Trichechus inunguis) qui n'existe théoriquement pas en Guyane et du lamantin du Sénégal (Trichechus senegalensis). Une recherche génétique récente suggère que le lamantin d'Amérique est composé de trois groupes qui sont plus ou moins répartis géographiquement comme suit : - en Floride et dans les grandes Antilles, - en Amérique centrale et au Nord de l'Amérique du Sud, - au Nord-Est de l'Amérique du Sud.

Il est appelé en créole guyanais Vache dilo ou maman dilo ; les brésiliens le nomment "Peixe-boi". Les anglo-saxon lui ont donné le nom de "Manatee".

Toutes les photos des lamantins de cet article ont été prises par Mathilde, une amie de Marine, qui travaille au zoo de Beauval. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Toutes les photos des lamantins de cet article ont été prises par Mathilde, une amie de Marine, qui travaille au zoo de Beauval. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Ce gros animal aquatique au corps gris et cylindrique a une large queue plate horizontale et arrondie. Ses deux nageoires avant sont en forme de palettes arrondies avec à l'extrémité, des ongles aplatis. Elles lui servent à se mouvoir au fond de l'eau et à caresser ses congénères.

Sa tête est relativement petite avec des yeux minuscules et pas d'oreilles apparentes et une grosse lèvre supérieure couverte de poils. Son ventre gris peut éventuellement être piqueté de rose. Sa longueur tête-corps varie entre 2,5 et 4,5 m et il peut peser jusqu'à 600 kg même si la moyenne avoisine les 400 kg.

Ce mammifère est discret et reste le plus souvent submergé se déplaçant à l'aide de sa puissante nageoire caudale. Il ne sort ses narines que pour respirer de façon régulière à la surface. Sa peau est épaisse et rugueuse.

Le Lamantin en Guyane (Trichechus manatus)

Le lamantin est exclusivement herbivore. Il broute la végétation aquatique flottante ou immergées comme les plantules de palétuviers, de jacinthe d'eau, de graminées ou encore de moucou-moucou. Ces plantes sont présentes en Guyane, notamment dans les cours d'eau.

Un lamantin peut manger jusqu'à 50 kg de végétaux par jour. Nocturne et diurne, il semble qu'il préfère se nourrir la nuit. Les plantes consommées contiennent de la silice et sont abrasives pour les dents. Ce phénomène est compensé par leur renouvellement permanent.

Les plantes aquatiques ont un faible rendement énergétique. Ceci explique sans-doute le taux métabolique très bas des lamantins. Ils ne peuvent vivre au-dessous de 20° C.

Le Lamantin en Guyane (Trichechus manatus)

Ce gros animal semble plus actif à l'aube et au crépuscule. Il est plutôt solitaire mais peut être observé en petits groupes temporaires de quelques individus. Les contacts entre individus sont très rares sauf entre la mère et son petit.

La naissance d'un seul jeune se produit tous les deux ans. La femelle lamantin commence à se reproduire vers l'âge de 6 ans. La gestation dure entre 12 et 14 mois au terme desquels elle donne naissance à un petit pesant entre 20 et 30 kg. La mère et son petit maintiennent des relations étroites durant 1 ou 2 ans.

Aucune migration n'a été confirmée chez les populations des plateaux des Guyanes. On observe par contre des animaux qui remontent vers l'amont des rivières lors des crues. Dans les zones plus au Nord, les lamantins peuvent effectuer plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre, en saison froide, des eaux plus chaudes.

Le Lamantin en Guyane (Trichechus manatus)

Le lamantin d'Amérique est menacé. il a déjà disparu de nombreuses îles des Antilles comme la Martinique et la Guadeloupe, même si dans ce département, il y a un projet de réintroduction du lamantin en cours de réalisation. Bien qu'il n'ait pas de prédateur, l'expansion humaine a réduit considérablement son habitat dans les marais côtiers.

Il est encore présent dans de nombreux estuaires de la Guyane et sur une bonne part de la zone littorale. Les menaces qui pèsent sur l'espèce sont bien évidemment la chasse et les prises accidentelles dans les filets de pêche. L'Union Mondiale pour la Nature (IUCN) l'a classé dans la catégorie "vulnérable".

L'espèce est par contre totalement protégée en Guyane. Un programme "lamantins" a été mis en place en Guyane par l'association Kwata et vise à faire un état des lieux, en particulier sur la distribution, les abondances, les menaces et la nécessité de mesures complémentaires de conservation.

Vous trouverez sur la carte ci-dessous la distribution géographique des différentes espèces de lamantins.

Le Lamantin en Guyane (Trichechus manatus)

Sources :

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux éditions Roger Le Guen

Lamantin - Wikipedia

Trichechus manatus - Wikipedia

http://www.kwata.net/medias/images/upload/Le%20lamantin%20en%20Guyane_Ecologie,%20distribution,%20statut,%20importance%20traditionnelle_%202001.pdf

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -