Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 14:23

Vous trouverez ci-dessous des extraits complets de la présentation le 31 janvier 2011 par le Préfet de la Guyane et par le Procureur de la République, du bilan de la délinquance 2010 en Guyane. Cette présentation est disponible dans sa totalité sur le site de la Préfecture de Guyane.

Bon, évidemment, ce sont les chiffres et les commentaires officiels ...  

Le Figaro magazine a fait récemment un reportage en Guyane sur la criminalité. Cet article est intitulé : La Guyane dans la spirale du crime ! Vous pouvez le lire en cliquant "ici". Cela ne cadre pas trop avec la présentation officielle ...

Délinquance générale :

La délinquance générale est la somme de tous les crimes et délits constatés par les forces de police et de gendarmerie en 2010, infractions à la législation des étranger (ILE) comprises. Ce chiffre unique est en 2010 de 17205 faits (soit 5857 pour la police nationale à Cayenne, et 11348 pour la gendarmerie sur le reste du territoire). Il était en 2009 de 17387 faits (6334 pour la police et 11053 pour gendarmerie) et enregistre donc une baisse de 1,05% (182 faits en moins). Cette progression varie beaucoup selon les secteurs : la délinquance générale est notablement en baisse à CAYENNE (-7,53%). Les efforts des unités portent déjà sur les secteurs les plus impactés par la hausse, à savoir MATOURY et SAINT LAURENT DU MARONI notamment. La délinquance de voie publique, celle qui touche le plus au quotidien des guyanais (vols, cambriolages, dégradations…), progressait de +6,53% en 2009. Elle est enfin stabilisée en 2010 et enregistre même une légère baisse de -0,56% .

Indicateurs des faits constatés:

En premier lieu, les atteintes volontaires à l’intégrité physique augmentent de 10,2%, lorsque les atteintes aux biens augmentent de 2,47%. I / Les atteintes volontaires à l’intégrité physique sont avant tout non crapuleuses, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas pour but de s’approprier un bien : cette catégorie augmente de 15,75%. (soit 233 faits de plus). Malgré tout, les violences les plus graves (homicides et tentatives d’homicides) ont tout de même reculé de 13% en Guyane, confirmant la baisse constatée au plan national. Dans le détail, les violences intrafamiliales sont un item particulièrement fort sur lesquels il est plus difficile d’agir en amont, et où la prévention est un levier essentiel. Par ailleurs, les victimes sont incitées de plus en plus à déposer plainte, à rompre un silence insupportable et à dénoncer l’auteur des violences ou des coups, père, conjoint ou autre proche. Dans cette rubrique, les disputes et différends qui tournent mal restent important et font l’objet d’attention particulière des forces de l’ordre qui mettent tout en œuvre pour interpeler les auteurs et les déférer à la justice : ainsi le double meurtre de la cité Césaire à Cayenne en novembre ou l’homicide de la jeune Amélie Gaillard à Balata en août. C’est ainsi que le taux d’élucidation des violences physiques non crapuleuses est en très forte hausse, passant de 71,94% en 2009 à 76,92% en 2010. Dans cette rubrique enfin, les violences envers les dépositaires de l’autorité publique sont en forte augmentation, +23,48% : soutien sans faille de la part des autorités administratives et judiciaires, vis-à-vis des victimes et poursuites systématiques contre les auteurs, souvent multirécidivistes, qui cherchent ainsi à échapper à l’action publique. Les violences physiques crapuleuses, ou vols avec violences, enregistrent elles aussi une hausse, mais de seulement 2,06% soit une vingtaine de faits de plus par rapport à 2009 (1138 au lieu de 1115). Cette hausse était de +21,35% en 2009. Ces violences physiques crapuleuses sont le plus souvent des vols avec violence commis sans arme, tandis que les vols à main armée tant contre des professionnels (commerçants) que contre les particuliers (à domicile) baissent respectivement de 11,43% et de 29,09%. Les vols à main armée enregistrent donc une baisse globale de -22,3%, ils étaient en hausse de +9,57% en 2009. Les violences sexuelles enregistrent une hausse importante (+63,81%, passant de 105 faits en 2009 à 172 en 2010), là encore le plus souvent à l’intérieur d’un cercle fermé, familial notamment. Ceci explique la grande part des mineurs victimes, et même parfois auteurs : de ce fait, il y à en Guyane, comme en 2009, plus de victimes de viols et d’agressions sexuelles mineures que majeures (121 contre 51 : plus de deux victimes sur trois sont des mineurs). Comme pour les violences, un travail important de prévention est à mener conjointement avec l’ensemble des services concernés, tant de l’État que des collectivités territoriales.

Les atteintes aux biens augmentent de 2,47%, passant de 7071 faits en 2009 à 7246 en 2010, soit 175 faits de plus :

Cette augmentation est inégalement répartie sur le territoire de la Guyane : les atteintes aux biens reculent ainsi à Cayenne de -14,43% (en particulier les cambriolages commis au préjudice de particuliers : -17,55%), mais en hausse plus importante dans ses alentours où une cartographie précise des infractions peut être levée afin de lutter de manière ciblée contre leurs auteurs. Les cambriolages augmentent de 3,34%, cette hausse étant particulièrement sensible pour les vols par effraction des locaux industriels et commerciaux (+11,02%). Les opérations « tranquillité vacances » ou « plans anti-hold up » mis en place par la police et la gendarmerie ont cependant fortement contribué à maîtriser cette augmentation, plusieurs tentatives ayant été déjouées à l’occasion de ces opérations. Le travail d’enquête est lui aussi plus important : le nombre de personnes mises en cause dans des cambriolages a augmenté de 17,11% en 2010, des délinquants interpellés ont par ailleurs pu être mis en cause dans de multiples cambriolages. Des mesures préventives ont été mises en place dans la droite ligne des récentes directives, les commerçants sont notamment sensibilisés à la sécurité de leurs établissements. Les cambriolages avaient augmenté de +12,49% en 2009, la hausse cette année est donc bien moindre et en voie d’être maîtrisée. Les vols liés à l’automobile et aux deux roues à moteur sont en baisse quant à eux de -3,28% en Guyane. Les vols de véhicules sont en baisse de -3,23% et les vols d’accessoires de -5,36%. Les vols violents d’automobile constatés sur certains secteurs de la RN2 au printemps et à l’été 2010 ont pu être jugulés grâce à l’action de la gendarmerie, tant sur le terrain que dans les enquêtes judiciaires, et le renfort de fonctionnaires de la PAF à partir de la fin de l’année a été particulièrement efficace. Les autres types de vol sont en régression, notamment ceux commis sur des chantiers (-5,88%) ou au préjudice de particuliers dans des lieux publics (-11,7%). Par contre, les vols à l’étalage augmentent de plus de 20%, mais là encore l’incitation au dépôt de plainte peut expliquer en partie cette progression. Pour rappel, la Guyane se situe dans la tranche moyenne nationale du taux des atteintes aux biens pour 1000 habitants (35,18 en Guyane, pour 34,78 au national). Enfin, les infractions économiques et financières sont en baisse de -1,63%. L’action efficace des enquêteurs du GIR et des sections spécialisées de la gendarmerie et de la police judiciaire sont à souligner dans la lutte contre cette délinquance. Dans cette catégorie entrent les chiffres de la lutte contre le travail clandestin, où la PAF et plusieurs autres services de l’Etat travaillent sans relâche pour démanteler des filières : ces infractions augmentent de 43,48% en 2010, traduisant un effort conséquent pour enrayer ce fléau économique et humain : plus de 100 procédures supplémentaires ont été diligentées par rapport à 2009.

L’activité des services :

Les IRAS :

Comme évoqué dans l’exposé du bilan de la délinquance, cette activité a fortement progressé en 2010 : Le nombre d’infraction révélée par l’activité des services (IRAS) a augmenté de +6,81% passant de 15185 à 16219 en un an, et mettant en cause plus de 11,2% d’auteurs et de complices supplémentaires. Hors ILE, qui représentent la grande part des IRAS, cette progression est encore plus nette puisque elle est de +12,03% , passant de 2381 infractions à 2667.

Les taux d’élucidation:

Les taux d’élucidation sont sans cesse plus importants : ils témoignent d’un engagement permanent des unités et de leurs chefs. Le taux d’élucidation de la délinquance générale est de 51,59% en forte progression depuis 2009, et celui de la délinquance de voie publique est de 21,24%. La hausse de ces deux taux de résolution est constante depuis plusieurs années, elle est particulièrement forte en 2010 et témoigne d’une action soutenue et efficace des forces de l’ordre. Ces taux sont supérieurs aux chiffres enregistrés au niveau national. Pour chaque type d’infraction énuméré ci-dessus correspond une variation toujours positive des personnes mises en cause : +17,7% pour les cambriolages chez les particuliers comme déjà annoncé, soit un chiffre supérieur aux bons résultats nationaux (+15,5%). +26,79% d’auteurs d’atteintes volontaires à l’intégrité physique et même +39,01% d’auteurs d’atteintes aux biens : 1625 mis en cause dans des affaires de vols et de cambriolages ont pu être appréhendés en 2010 contre 1169 en 2009. Ces chiffres sans précédents portent les taux d’élucidation en Guyane au-delà des chiffres nationaux: 58,36% d’affaires élucidées en matière d’atteintes volontaires à l’intégrité physique, soit plus de 8% de progression en un an tous services confondus 23,56% d’affaires élucidées en matière d’atteintes aux biens, soit plus de 5% de progression en un an tous services confondus Les taux d’élucidation sont particulièrement élevés en matière d’infractions économiques et financières (escroqueries, faux, détournements de fonds…), atteignant en Guyane près de 80% (79,36%) et enregistrant une progression de 18,58% par rapport à 2009.

Les stupéfiants :

En matière de lutte contre les stupéfiants, la progression est plus forte encore : +8,53% d’infractions au trafic et à la revente révélées en 2010 par rapport à l’année précédente. L’action des douanes, lors des contrôles fixes et mobiles, alliés à ceux de la gendarmerie est à souligner particulièrement, tandis que les services d’enquête luttent efficacement contre les filières d’exportation en ayant réalisé de belles affaires cette année. Les saisies sont paradoxalement moins importantes, elles dénotent la stratégie des trafiquants de diversifier les modes de passage, mais les contrôles effectués d’initiatives ou sur renseignements sont toujours payants. Le rôle de la douane est à souligner : La direction régionale exerce entre autres des contrôles en vue de protéger la sécurité et la santé des citoyens. Dans ce cadre les services douaniers ont procédé à des saisies portant sur des stupéfiants, mais aussi des produits non conformes aux normes techniques de sécurité et de santé, des contrefaçons, des tabacs et alcool. 276 saisies de produits stupéfiants ont été opérées par ce seul service, représentant 181 kilogrammes de produits presque également répartis entre cocaïne (94 Kg –trafics internationaux – en baisse) et cannabis (86 Kg – trafic local – en hausse), le reliquat étant constitué de produits divers, drogues chimiques et crack. Pour le reste de ses activités, la douane a saisi en 2010 près de 32.000 objets non conformes, la plupart présentant un danger pour les utilisateurs (jouets, cosmétiques, matériel électrique ou électronique), saisis lors des contrôles portuaires et aéroportuaires principalement, mais également lors de contrôles mobiles. Elle a également saisi plus de 125.000 articles contrefaits : la contrefaçon est un fléau pour l’économie et peut également être un danger pour le consommateur (vêtements non ignifugés, accessoires électroniques non certifiés…). La douane a enfin saisi des cigarettes et de l’alcool dans le cadre de contrebande pour un montant total de 81.000 €.

L’immigration clandestine :

L’activité des services en ce domaine ne se dément pas. Sous l’impulsion de la police aux frontières et l’implication de tous les services concernés, l’objectif de 8500 reconduites d’étrangers en situation irrégulière (ESI) que j’avais déterminé pour 2010 a été atteint et largement dépassé : 8979 personnes en situation illégale sur le territoire national ont ainsi été effectivement reconduits depuis la Guyane, soit près du tiers de l’objectif national (28000 reconduites). La progression est là encore notable puisqu’en 2009, 8056 ESI avaient été reconduits depuis la Guyane. Elle se double d’une progression des démantèlements de filières d’aides à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière : le nombre d’affaire de trafics de migrants passe de 276 à 341 et le nombre d’affaires d’employeurs d’étrangers sans titre qui passe de 198 à 250 Tous les services participent à la lutte contre ces trafics et prioritairement les réseaux d’aide à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil Phil - dans Insécurité en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -