Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:32

Les voyageurs qui arrivent en Guyane par l'aéroport Félix Éboué passent obligatoirement par ce rond-point Califourchon qui dessert bien sûr la route d'accès à l'aéroport, mais aussi celles de l'Est, de Cayenne via Matoury, et de Rémire-Montjoly (appelée La Matourienne).

Cette statue monumentale représentant un Chaman a été inaugurée le jeudi 9 août 2012 lors de la deuxième édition en Guyane des Journées des peuples autochtones en présence de M. Rodolphe Alexandre (Président du Conseil régional, aujourd'hui de la Collectivité Territoriale de Guyane), de Mme Christiane Taubira, alors Garde des sceaux, des chefs coutumiers et de M. Jean-Pierre Roumillac, maire de Matoury à l'époque.

La date de ces journées culturelles amérindiennes en Guyane coïncide maintenant, et délibérément, avec la Journée internationale des peuples autochtones fixée chaque année au 9 août par l'Organisation des Nations Unies.

Ce projet de statue a été imaginé et présenté en avril 2011 par la Fédération Lokono de Matoury dont le siège est fixé au village Sainte-Rose de Lima. Constituée en octobre 2008, cette fédération a pour objectif de promouvoir et de diffuser la culture Lokono. Elle a aussi pour but le développement social économique et environnemental de la communauté Lokono Arawak.

Symbolisant l'unité des six nations amérindiennes de Guyane, ce chaman, fabriqué en Ébène verte et d'un poids de 3,5 tonnes, a été sculpté par Garvin Jubithana, Milton Mase et Jhunry Undenhout. Cette sculpture monumentale rappelle également la reconnaissance de leur statut de premiers occupants du territoire de la Guyane, bien avant l'arrivée des explorateurs européens.

Un socle de mosaïques, inspirées de l'art de la vannerie, comporte les noms des six nations amérindiennes. Celles-ci sont l'œuvre de l'artiste amérindienne Ti'Iwan Couchili, de la nation Teko.

Entre le socle et la statue, les fresques sculptées représentant des scènes de la vie amérindienne sont l'œuvre de l'artiste brésilienne Djalma Dos Santos Ferreira dite Djalma Santos. Au dos de la statue, une femme et son enfant (voir photos en fin d'article) représentent la continuité de la vie, le lien unissant la famille et l'espoir des générations futures.

 

 

La population amérindienne de Guyane représente un peu plus de 15.000 personnes. Six nations amérindiennes sont présentes : Lokono Arawak, Kaliña (anciennement Galibis), Teko (anciennement Émerillons), Wayãpi (ou Wayampi), Paykweneh (ou Palikur) et les Wayana. Pour être complet, il faut aussi rajouter la petite communauté Apalaï, composée d'un peu plus d'une cinquantaine de personnes vivant à et dans les environs de la commune de Maripasoula sur le Haut-Maroni. Leur implantation en Guyane est plus récente.

La répartition géographique de ces peuples premiers sur le territoire guyanais a déjà été abordée dans un autre article rédigé sur ce blog "La vannerie amérindienne Palikur à Macouria". Pour résumer la distribution géographique des peuples autochtones en Guyane, on peut dire qu'il y a deux groupes distincts, les peuples du littoral : Kaliña, Lokono, Paykweneh, et ceux de l'intérieur : Wayana, Wayampi, Teko. Ces derniers sont essentiellement installés le long des deux fleuves, Maroni à l'ouest (frontière avec le Surinam) et Oyapock à l'est (frontière avec le Brésil). 

De même, certains peuples sont aussi présents dans les pays voisins de la Guyane. C'est le cas des Lokono Arawak qu'on retrouve aussi au Surinam et au Guyana ; les Kaliña sont présents au Brésil, Guyana, Surinam et Venezuela ; les Paykweneh sont également au Brésil.  Seuls les Teko (Emerillons) ne vivent que sur le territoire guyanais.

 

Ces troncs noirs, situés de l'autre côté de la route face au chaman, font partie de l'aménagement paysager avec la statue monumentale. Ils symbolisent la forêt dévastée et brûlée ...

Ces troncs noirs, situés de l'autre côté de la route face au chaman, font partie de l'aménagement paysager avec la statue monumentale. Ils symbolisent la forêt dévastée et brûlée ...

Longtemps abandonnées, pour ne pas dire ignorées par l'Etat et les Collectivités, ces nations amérindiennes se sont, depuis plus d'une vingtaine d'années, organisées et structurées afin de se faire entendre, de défendre leur culture et porter haut et fort leurs revendications. Celles-ci sont nombreuses et concernent aussi bien leur identité (amérindien / citoyen français), la protection des savoirs traditionnels, le droit de regard sur le foncier (leurs terres ancestrales), la participation aux prises de décisions, l'apprentissage et l'utilisation des langues amérindiennes dans les écoles de leurs villages, le problème du suicide des jeunes amérindiens, la déforestation et la pollution des terres et des rivières par l'orpaillage illégal ....

De nombreuses associations culturelles ont ainsi été créées dans le but de promouvoir leur artisanat et autres arts traditionnels. Sur un plan plus politique, on peut citer la Fédération des Organisations Autochtones de Guyane (FOAG), l'Organisation des Nations Autochtones de Guyane (ONAG) et le Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinengués (CCPAB).

A l'intérieur de ces organisations, on retrouve les chefs coutumiers. L'organisation des villages amérindiens s'articule en effet autour des chefs coutumiers, désignés par les groupes concernés, et nommés officiellement par arrêté du président de la collectivité territoriale (CTG). 

Le rôle des chefs coutumiers tend à se développer ces dernières années. Ils sont les interlocuteurs officiels de l'administration, sont souvent membres des conseils municipaux ou sont consultés par les maires, et interviennent traditionnellement dans l'arbitrage des litiges entre membres de la même communauté ...

 

Autres photos de la statue monumentale du chaman :

Pour agrandir une photo, cliquer dessus.Pour agrandir une photo, cliquer dessus.Pour agrandir une photo, cliquer dessus.
Pour agrandir une photo, cliquer dessus.Pour agrandir une photo, cliquer dessus.Pour agrandir une photo, cliquer dessus.

Pour agrandir une photo, cliquer dessus.

Sources :

Compilation de nombreux articles de presse et études accessibles sur Internet.

Présentation sur internet : Un regard sur les peuples autochtones de Guyane Française par Alexis Tiouka.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -