Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 17:06

Ce mécanisme d'horloge, très ancien, se trouve au premier étage de l'hôtel de préfecture, place Léopold Héder, à Cayenne. Elle n'est visible, pour le public, que lors des deux journées du patrimoine organisées chaque année, et dans la mesure où cet hôtel de préfecture est prévu dans le programme des visites guidées.

C'est lors de l'une de ces visites que j'ai pu découvrir cette horloge, ou plus précisément ce mécanisme d'horloge monumentale. Malgré mon interrogation, notre honorable guide ne put m'en dire plus que ce qui est écrit, mais à peine visible, sur une petite plaque toute rouillée fixée sur le support en bois de ce mécanisme, à savoir "Horloge suisse du XVIIIe siècle commandée à Liège par les Jésuites". On peut dès lors s'interroger sur le côté "suisse" d'une horloge commandée à Liège. Quelques recherches m'ont permis d'en savoir un peu plus.

Cet hôtel (voir la photo ci-dessous) a été construit par les jésuites entre 1749 et 1752 pour abriter le Père supérieur et son coadjuteur, même s'il existait déjà à cet endroit une résidence, mais beaucoup plus modeste, qu'ils avaient déjà édifiée. Le Supérieur des jésuites était alors Philippe d'Huberland, né en 1697 en Belgique, reçu dans la compagnie de jésus en 1718 à Tournai. Arrivé en Guyane en 1738, il assuma cette mission supérieure de 1746 à 1760. On le retrouve curé de Rémire en 1768 avant qu'il ne regagne la France en 1769.

Cette horloge fut commandée à Liège, qui était alors une principauté, après que cet hôtel fut construit selon les plans et sous la directive du Père Philippe d'Huberland.

Ancien hôtel des jésuites, puis hôtel des gouverneurs, et hôtel de préfecture (depuis 1947). Cet hôtel, tel qu'on peut le voir aujourd'hui, a subi de nombreuses transformations et améliorations au fil des ans.

Ancien hôtel des jésuites, puis hôtel des gouverneurs, et hôtel de préfecture (depuis 1947). Cet hôtel, tel qu'on peut le voir aujourd'hui, a subi de nombreuses transformations et améliorations au fil des ans.

L'histoire de cette horloge est narrée dans le compte-rendu de la quatrième séance du comité de patronage du Musée local (actuel Musée Alexandre Franconie) qui s'était tenue le vendredi 21 mars 1902. Lors cette séance, la commission chargée de recenser les monuments historiques et les objets d'art se trouvant en Guyane, a cité un grand nombre d'œuvres d'art et en particulier l'horloge du gouvernement. Cette horloge était installée à l'origine dans la tour carrée qui existait à l'époque à l'angle occidentale de l'hôtel des jésuites.

Celle-ci fût transportée, sur les ordres de Victor Hugues, qui était à l'époque gouverneur de la Guyane, au fronton de la grande porte d'entrée. Cette horloge a fait l'objet d'un rapport daté du 8 septembre 1821, rapport qui sera inséré dans la Feuille de la Guyane. Le rapport rédigé par M. Duvau Delvaty, horloger du Roi, est adressé à son Excellence M. le Gouverneur et commence par ces mots : "Cette horloge est une pierre précieuse qui sort de la classe des horloges ordinaires. La cage est composée de quatre colonnes d'ordre corinthien, avec huit plates-bandes en très beau laiton. Trois corps de rouage y sont distribués avec des combinaisons de métaux et de principes de l'art aussi savants que sages ...".

Suit une description très détaillée du mécanisme de cette horloge qui sonnait à l'origine, et avant modification, la demi-heure pour annoncer l'heure future. Elle a subi au cours des ans des modifications, et notamment par M. Duvau Delvaty lui-même qui, dans son rapport, fait état de ces réparations essentielles et nombreuses.

Malheureusement, le nom de son auteur-fabriquant n'a pas été retrouvé car il figurait sur un cadran en cuivre qui fut déposé au contrôle de la marine après le transport de l'horloge sur les instructions de Victor Hugues. Malgré des recherches, ce vieux cadran ne fut jamais retrouvé et le créateur de cette horloge demeura inconnu. On sait que l'horloge, commandée à Liège, coûta dix mille francs une fois arrivée à Cayenne.

L'horloge de l'ancien hôtel des jésuites à Cayenne, un chef-d'oeuvre venu de Liège ...

Curieux d'en savoir un peu plus sur ce mécanisme d'horloge venant de Belgique, je commençais à chercher sur Internet des sites concernant l'horlogerie ancienne dans ce pays. Je découvris rapidement l'Association Campanaire Wallonne qui comptait parmi ses membres des spécialistes en horlogerie.  Ayant reçu une réponse positive de cette association à laquelle j'adressais par courriel une photographie du mécanisme de cette horloge et des extraits du journal officiel de la Guyane française de 1902.

Un des spécialistes de cette association me répondit très rapidement après avoir examiné la documentation et la photographie associées, qu'il s'agissait selon toute vraisemblance d'une horloge de facture néerlandaise et redirigeait ma demande vers M. Eddy Fraiture, historien en horlogerie néerlandophone. En effet, le fait que cette horloge avant qu'elle ne fut modifiée, sonnait la demi avant l'heure, lui donnait une signature flamande.

Après de longues et minutieuses recherches, M. Fraiture qui sollicita aussi l'avis d'autres horlogers et notamment de l'un d'entre eux qui, comme lui, répondit immédiatement après avoir vu la photographie qu'il s'agissait à presque 100% d'une horloge de tour signée Gilles de Beefe. Cet avis partagé par deux experts en horlogerie ancienne s'est appuyé sur les caractéristiques du mécanisme, sur la comparaison de la façon dont est construite la cage, sur la forme et la décoration des piliers ... Pour atteindre les 100%, il aurait fallu que j'adresse à M. Fraiture plus de photographies détaillées de cette horloge que je n'avais malheureusement pas. Peut-être à l'occasion d'une autre journée du patrimoine, aurais-je l'occasion de prendre celle-ci sous toutes les coutures.

La famille des de Beefe (ou de Befve) est connue pour s'être distinguée dans l'horlogerie depuis les années 1550 à 1793, grâce à une longue lignée de maîtres horlogers. Gilles de Beefe (1694-1763) s'est installé à Liège en 1726. Après avoir travaillé au Portugal (Mafra et Lisbonne), il revint au pays et devint horloger du prince-évêque Georges-Louis de Berghes en 1740. Il a aussi réalisé, notamment avec ses fils, de nombreuses et exceptionnelles horloges tant en Belgique qu'au Pays-Bas.

Il est possible que l'origine "belge" du Père supérieur de l'époque, Philippe d'Huberland, l'ait tout naturellement conduit à commander l'horloge à Liège ...

L'horloge de l'ancien hôtel des jésuites à Cayenne, un chef-d'oeuvre venu de Liège ...

Remerciements :

Mes remerciements à l'Association Campanaire Wallonne, et notamment à l'un de ses spécialistes de l'horlogerie, M. Marc Streel.  Je remercie beaucoup M. Eddy Fraiture qui s'est lui-aussi intéressé à cette ancienne horloge de Cayenne et qui a effectué de nombreuses recherches, consulté d'autres experts et passé beaucoup de son précieux temps pour identifier son créateur.

Sources :

Journal officiel de la Guyane Française du 19 avril 1902.

Voyages et travaux des Missionnaires de la Compagnie de Jésus - Mission de Cayenne et de la Guyane Française (1857).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -