Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 09:17

Composée d'un peu moins de 1000 habitants, Régina est la deuxième plus grande commune de France par sa superficie après Maripasoula qui se trouve également en Guyane. Celle-ci est de 12.130 km2 alors que par exemple la Gironde, le plus grand département de la France hexagonale, ne fait que 10.000 km2. Située sur la rive du fleuve Approuague (270 km de long), Régina est aujourd'hui une petite bourgade paisible au cœur de la forêt amazonienne située à 116 km de Cayenne par la RN2, communément appelée route de l'Est. Cette route se prolonge jusqu'à Saint-Georges-de-l'Oyapoc, ville frontière avec le Brésil, après encore 65 km.

Depuis Régina, de nombreuses balades en pirogue sont proposées pour admirer la faune et la flore mais aussi pour se rendre sur les camps touristiques installés en pleine forêt sur le fleuve Approuague ou sur la crique Mataroni, à moins de 2h du bourg. Outre l'église Saint-Etienne avec son architecture créole, on y trouve aussi une épicerie chinoise, une boulangerie, un centre de santé, un gîte municipal, et surtout l'écomusée d'Approuague-Kaw, inauguré en mai 2008.

Cet écomusée municipal est situé dans une maison créole qui abritait autrefois un commerce connu localement sous le nom de Maison Aubin-Laigné, les derniers occupants jusqu'au milieu des années 1970. La visite du musée est très intéressante car on y apprend l'histoire du quartier d'Approuague, les premiers peuplements amérindiens, les techniques traditionnelles de l'orpaillage ...

Régina qui n'était alors qu'un hameau du quartier d'Approuague, ne deviendra officiellement chef-lieu de la commune qu'en janvier 1936, détrônant ainsi Guizanbourg, ancien bourg du quartier qui deviendra à son tour un hameau de la nouvelle commune.

Mais commençons cette petite histoire par le début ...

 

Régina, une commune de Guyane dont l'histoire est liée à la ruée vers l'or au milieu du XIXe siècle

C'est avec Pierre-Victor Malouet, commissaire général de la marine et ordonnateur de la colonie, que commence à se développer cette région de la Guyane à partir de la fin des années 1770. En effet, ce dernier est chargé du projet d'assainir les terres basses afin de rendre cultivable ces terres inondées mais riches... Il chargera Joseph Samuel Guisan, un ingénieur suisse qu'il avait rencontré au Suriname d'étudier et de poldériser ces terres inondées depuis Cayenne jusqu'à la rive gauche de l'Approuague.

En 1789, ce même Guisan fera creuser à la main par les esclaves le canal Roy, reliant le fleuve Approuague à la rivière de Kaw.  Il donnera son nom au village de Guisanbourg, situé dans l'estuaire du fleuve, autour duquel étaient déjà installés de nombreuses habitations esclavagistes agricoles exploitant des plantations de cacao, de coton, d'indigo, de sucre, de roucou. Celles-ci, au milieu du XIXe siècle,  avaient pour nom : Le Collège, La Ressource, La Joséphine, La Garonne, La Constance, La Jamaïque ... et d'autres encore.

C'est par une décision du 22 avril 1834, prise par le gouverneur Jubelin, que le bourg récemment formé dans le quartier, au confluent de l'Approuague et de la rivière Courouaïe, prit le nom de "Guisan-bourg" suite à une demande du commissaire-commandant de ce quartier. Cette décision avait pour but d'honorer la mémoire de l'ingénieur Guizan qui, en 1777, avait introduit en Guyane la culture des terres basses et qui pouvait être considéré comme le véritable fondateur du quartier d'Approuague où il avait réalisé les premiers asséchements.

A partir de 1855 avec la découverte de l'or sur la rivière Arataye par l'amérindien d'origine brésilienne Paoline, l'activité se tourne principalement vers l'extraction de l'or avec la création de placers (concessions aurifères) mais aussi progressivement à la fin du XIXe siècle, vers l'exploitation du bois de rose et de la gomme de balata. Guisanbourg, chef-lieu du quartier d'Approuague, perdra au fil des années de son importance au profit du hameau de Régina, situé à trente kilomètres plus en amont sur le fleuve, créé par des commerçants qui s'y étaient installés.

L'un d'entre-eux, Louis Athanase Théophane Régina, donnera son nom à la future commune ...

 

Les quais de Régina-Approuague (source Ulysse)

Les quais de Régina-Approuague (source Ulysse)

Théophane Régina arrive en Guyane à l'âge de quinze ans avec son père et son oncle en provenance de la Martinique. La famille Régina fait du commerce sur le fleuve Approuague. Né à Fort-de-France le 11 décembre 1868, Théophane est titulaire d'un certificat d'études primaires. Outre son comptoir qu'il ouvrit en amont un peu avant le premier saut sur l'Approuague, il deviendra aussi Secrétaire de mairie à Guisanbourg.

En mai 1902, il obtient comme beaucoup d'autres à cette époque un permis d'exploitation d'un gisement aurifère de 100 hectares sur la rive droite de l'Approuague. En 1903, il est nommé, avec d'autres, membre de la commission consultative des mines.

Le nom de la commune aurait été donné à ce qui n'était encore qu'un hameau, car les habitants du coin avaient l'habitude de dire "On va chez Régina" ou "On va à Régina", c'est-à-dire au commerce de Théophane Régina. On le retrouvera dans les années 1910 secrétaire de mairie à Macouria, puis en octobre 1913, il est élevé à la première classe de son emploi et est nommé à Sinnamary. Théophane Régina décèdera le 6 avril 1922 à Mana où il exerçait alors son emploi de secrétaire de mairie dans cette commune.

Théophane Régina s'était marié le 12 juin 1909 à Sinnamary avec Marie-Madeleine Thoulmey, née le 16 octobre 1887 à Kourou. Celle-ci décèdera le 19 mai 1978 à Cayenne à l'âge de 90 ans.

Mort d'une hémorragie cérébrale suite au paludisme, maladie contractée en service, son épouse Marie-Madeleine Thoulmey veuve Régina et ses six enfants, le dernier d'entre-eux étant né le 4 mars 1922, bénéficièrent d'une pension annuelle sur la Caisse de retraite des employés locaux de la Guyane. La plaque commémorative, sous son buste, indique qu'il est le fondateur éponyme de la commune de Régina.

Théophane Régina repose au cimetière de Cayenne.

 

Monument commémoratif de Louis Athanase Théophane Régina 

 

Longtemps encore, Guisanbourg resta le bourg du quartier d'Approuague, même si le hameau de Régina poursuivait son développement au détriment de son chef-lieu. Ainsi, un poste d'adjoint spécial fut créé à Régina par décret du Président de la République Deschanel le 6 août 1920 suite à la demande du Conseil municipal d'Approuague en raison du "mouvement commercial et industriel qui s'y est produit depuis quelques temps car ce centre tend, en effet, à devenir beaucoup plus important que Guisanbourg, chef-lieu de la commune" (extrait du décret présidentiel d'août 1920).

Le ministre des colonies, A. Sarraut, expliquait aussi que le lieu-dit Régina était situé à plus de 25 km du chef-lieu et uniquement accessible par voie fluviale. La conséquence de cet éloignement était que les naissances et les décès n'étaient pas toujours déclarés au bourg ou alors, tardivement et hors des délais. Les enterrements se faisaient aussi sans l'autorisation du maire. Pour remédier à ce problème, il était donc décidé de créer un poste d'adjoint spécial.

En 1922, seront créés successivement à Régina au mois de mai une station radiotélégraphique ouverte au public, permettant d'envoyer des télégrammes à Cayenne, et en novembre, un poste de gendarmerie composé de deux hommes détachés des brigades de Cayenne. C'est, du reste, le gendarme chef de poste qui sera provisoirement chargé de l'exploitation du poste T.S.F de Régina. Une école publique sera aussi ouverte au cours de cette année 1922.

Outre l'installation progressive de services administratifs, l'activité économique de Régina poursuivra également son essor. Mais ce n'est qu'en 1936, par décret présidentiel du 11 janvier, que Régina sera érigée en bourg, chef-lieu de la commune à la place de Guizanbourg qui deviendra un hameau (une "section" selon la formule utilisée par l'administration de l'époque) doté d'un poste d'adjoint spécial. Au fil des années, Guisanbourg sera peu à peu abandonnée, ses derniers habitants quitteront l'ancien bourg au milieu des années 1980.

Les quais de Régina dans les années 1930 (source Ulysse).

Les quais de Régina dans les années 1930 (source Ulysse).

Quelques photos de Régina aujourd'hui :

Cliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandir
Cliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandir

Cliquer sur une photo pour l'agrandir

Sources :

Archives Nationales d'Outre-Mer (Etat-civil).

Base Ulysse (IREL).

Bulletins officiels de la Guyane Française.

Journal officiel de la Guyane Française.

Le Patrimoine des communes de la Guyane (Fondation Clément).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -