Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 09:45

Lorsque vous vous rendez de Cayenne en direction de Kourou, à environ 3 km avant le bourg de Macouria, vous avez très certainement remarqué sur votre droite le long de la route nationale 1 une statue et un nouveau bâtiment en bois, là où il y avait auparavant des baraquements. Nous pouvions alors, sans même nous arrêter, apercevoir de la vannerie amérindienne en exposition et en vente.

Celle-ci est réalisée par les femmes Palikur du village amérindien voisin de Kamuyeneh, rattaché à la commune de Macouria (Tonate).

Ces baraques en bois ont en effet aujourd'hui disparu pour laisser la place à un nouveau bâtiment des savoir-faire traditionnels amérindiens. Il a été inauguré le 25 avril 2015 par le maire de Macouria, Gilles Adelson, en présence de nombreuses personnalités politiques locales ... et de Félix Roland, vice-président du conseil consultatif des villages amérindiens de Guyane. Cet édifice en bois de plus de 210 m2 a aussi vu le jour grâce à la volonté de Serge Adelson, ancien maire de Macouria, décédé le 23 décembre 2012.

Une sculpture monumentale, située à côté du bâtiment, représentant une vannière amérindienne au travail, a été réalisée par l'artiste Djalma Dos Santos. Le nom donné à cette sculpture est "KAYANO", qui est l'acronyme formé par les deux premières lettres du nom des trois villages amérindiens Palikur présents sur le territoire de Macouria : KAmuyeneh, YApara, et NOrino. Véritable vitrine de l'artisanat Palikur, ce bâtiment des savoirs traditionnels permettra également de valoriser le patrimoine culturel amérindien de la commune.

La cérémonie d'inauguration avait aussi été animée par des chants et danses traditionnels, rythmés par le tambour amérindien sanpula.

La vannerie amérindienne Palikur à Macouria (Guyane)

La vannerie Palikur qui est utilisée pour la fabrication d'objets domestiques, utiles à la vie de tous les jours (chasse, pêche, cuisine ...), était autrefois réalisée uniquement par des hommes. Aujourd'hui, et depuis quelques décennies, les femmes Palikur s'y sont mises et ont ainsi trouvé un moyen, à travers leur savoir artisanal traditionnel, d'améliorer sensiblement leurs revenus en proposant des vanneries dites commerciales avec des motifs colorés telles que des paniers simples ou à anse, avec ou sans couvercle, tamis, corbeilles de différentes tailles ... et des colliers à base de graines. Dans d'autres ethnies amérindiennes de Guyane, notamment de l'intérieur, seuls les hommes pratiquent des objets en vannerie, objets qui seront par contre principalement utilisés par les femmes ...

Les Palikur (ou Palikour), comme les autres peuples amérindiens, utilisent principalement les fibres d'arouman pour tisser leurs vanneries. Deux espèces sont particulièrement visées par les artisans vanniers : l'arouman rouge (Ischnosiphon arouma) et l'arouman blanc (Ischnosiphon obliquus). Cette plante, de la famille des Marantacées, est présente en Amérique tropicale humide (Petites antilles), Amérique centrale et du sud (Brésil, plateau des Guyanes, embouchure de l'Amazone ...). On retire de l'arouman des lanières fortes, longues, flexibles et solides permettant de réaliser des vanneries d'une longue durée.

D'autres fibres comme celles du palmier awara, du comou ou d'autres lianes sont également utilisées. Tous les peuples amérindiens de Guyane fabriquent des objets usuels en vannerie, y compris les Noirs marrons (Bushiningués) installés le long du fleuve Maroni et les Créoles.

Pour réaliser une grande corbeille tressée en arouman, de type grande bourriche, il faut compter environ deux jours. Pour la décoration, certaines fibres sont teintes avec de la peinture acrylique et le tout est ensuite enduit de vernis industriel. La couche de vernis consolide la vannerie en protégeant les fibres contre la pourriture. Les peuples amérindiens de l'intérieur utilisent encore des techniques locales pour teinter naturellement les fibres d'arouman. Le prix d'une grande corbeille est d'environ 50 €.

La vannerie amérindienne Palikur à Macouria (Guyane)

Les Amérindiens étaient présents en Guyane bien avant l'arrivée des premiers colons européens. Il est admis qu'au XVII° siècle, la population amérindienne s'élevait à environ 30.000 personnes. Pour différentes raisons liées notamment aux maladies importées, aux retombées des conflits diverses entre Européens, Hollandais et Portugais, cette population amérindienne a continuellement diminué jusqu'au début du XX° siècle, en particulier pour les communautés du littoral, et au milieu du XX° pour les populations amérindiennes de l'intérieur. Certains peuples amérindiens n'ont du reste pas survécu et ont complètement disparu du territoire guyanais, comme par exemple les Norak, Piriou, Maraone ...

Aujourd'hui, les Amérindiens représentent 5% de la population guyanaise, soit autour de 10000 personnes. Six ethnies amérindiennes sont présentes : Arawak (ou Lokonos), Kaliña (ou Galibis), Wayana, Émerillons (ou Tokos), Wayampi et Palikur (ou Paykweneh).

Les peuples amérindiens du littoral guyanais sont les Palikur (Macouria, Regina et embouchure du fleuve Oyapock) ainsi que les Kaliña qu'on retrouve dans l'ouest de la Guyane (Kourou, Iracoubo, Mana, Awala-yalimapo, Saint Laurent du Maroni) et les Arawaks qui, eux, sont répartis à l'ouest (Saint Laurent du Maroni) mais aussi près de Cayenne (Matoury).

Les Wayana sont localisés dans le sud le long du fleuve Maroni (Antécum-pata, Elaé, Twenké) ; les Émerillons se situent tout au sud de la ligne Maripasoula-Camopi ; et les Wayampi sont principalement à Camopi sur le fleuve Oyapock.

Ces six ethnies appartiennent à trois grandes familles linguistiques : la famille Karib avec les Kaliña et les Wayana, la famille Tupi-guarani avec les Émerillons et les Wayampi, et la famille Arawak avec les Palikur et les Arawak.

La vannerie amérindienne Palikur à Macouria (Guyane)

Quelques photos supplémentaires

Cliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandirCliquer sur une photo pour l'agrandir

Cliquer sur une photo pour l'agrandir

Sources :

Parc amazonien de Guyane (Étude de l'arouman).

http://guyanecollectivites.fr/macouri-bayai-kayano-593.

" Vannerie et vanniers " Approche ethnologique d'une activite artisanale en Guyane francaise par Damien Davy (Thèse / Décembre 2007/ Université d'Orléans).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

chabal 03/02/2017 16:15

Bonjour et merci pour ces infos qui me rappellent mes 26 ans en Guyane. J'ai des amis parmi ces indiens; des personnes très sympathiques. J'avais la pépinière "les Mille fleurs" à quelques km de là. Maintenant je suis en France et je viens d'écrire 250 pages sur mes 6 ans de vie à Risquetout ouest.
Bonne vie à ces indiens superbes. Bonne année 2017.

Phil 03/02/2017 19:15

Merci pour votre commentaire. La grande statue amérindienne à l'entrée du site a été incendiée volontairement en ce début d'année. Il y a décidément de drôles de cocos sur cette terre !

KEREL 17/10/2016 23:32

très bel article et autant pour les photos, comme d'ailleurs dans tous vos reportages. Autorisez-vous à copier vos photos ? D'avance, merci.
M. KEREL

Phil 18/10/2016 00:07

Je vous remercie pour votre compliment sur notre blog. Par contre, il y a un copyright sur toutes nos photos et nous n'autorisons donc pas la copie de celles-ci. Bien cordialement

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -