Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 09:40

Dans le cadre du déroulement du Festival des arts et de la culture amazonien qui s'est tenu à Cayenne du 9 juin au 10 juillet 2015, a été inauguré ce premier jour en soirée par Mme Phinera-Horth, maire de la ville, et en présence des représentants des corps constitués, le Cercle des Esclaves, place du Coq à Cayenne.

Le Cercle des esclaves est un monument réalisé par l'artiste guyanais Guy Benth, et représente une spirale symbolisant la vie, le temps, la résistance, les luttes, le marronnage, et la résilience. C'est aussi sur la place du Coq que se trouve le monument aux morts de la ville de Cayenne.

Cette place a changé plusieurs fois de nom depuis la création de la ville de Cayenne au XVII° siècle. Elle s'est appelée successivement place du Port au début du XVIII° siècle à l'époque où la ville était entourée de fortifications, puis au milieu du XIX° siècle, place du Marché, et depuis l'installation du monument aux morts en 1920, place du Coq. Celui-ci est en effet surmonté d'un coq gaulois tout à son sommet.

Depuis l'établissement de la traite atlantique au XVII° siècle, les navires négriers, comme ils étaient appelés, déchargeaient en Guyane leurs cargaisons composées de noirs africains sur cette place du Port de Cayenne afin d'y être vendus. Les esclaves étaient transférés depuis ces navires sur la terre ferme en canot car il n' y avait alors pas de quai.

Le Cercle des esclaves, place du coq à Cayenne

Il n'y avait, jusqu'à très récemment, quasiment pas de monuments dans l'Île de Cayenne, et même en Guyane, pour rappeler la douloureuse époque de l'esclavage, contrairement à d'autres anciennes colonies françaises. Il existe bien quelques lieux de mémoire, mais on ne parle ici que des monuments. Outre ce Cercle des esclaves, on peut donc citer :

- La Statue de Victor Schoelcher et du jeune esclave, élevée sur la place Victor Hugo en 1896-1897 à Cayenne par le sculpteur Etienne-Louis Barrias. Ce n'est que plus tard que cette place prendra le nom de V. Schoelcher. Le côté paternaliste de cette statue, qui était de mise à la fin du XIX° siècle, a aujourd'hui ses détracteurs car elle fait abstraction de la lutte des esclaves eux-mêmes pour leur liberté. Tout cela est vrai mais il s'agissait sans-doute, à l'époque, de valoriser le rôle primordial de V. Schoelcher dans la seconde abolition de l'esclavage. Cette statue, inaugurée le 14 juillet 1897, est classée monument historique par arrêté du 9 mars 1999.

- La Statue des Marrons de la Liberté, au rond-point Adélaïde Tablon à Remire-Montjoly, a été inaugurée le 10 juin 2008. Elle est l'œuvre de Lobie Cognac, un artiste guyanais sculpteur et peintre. Lui-même bushinengué, il a baptisé son œuvre "Fiiman" qui signifie homme libre en langue nenge-tongo. Cette statue rend hommage aux esclaves qui entrèrent en résistance, et se libérèrent eux-mêmes en s'enfuyant des habitations pour fonder de petites communautés dans la forêt.

- Le Monument des chaînes brisées, érigé en mémoire aux victimes de l'esclavage et de la traite négrière à Cayenne, est situé au bout du boulevard Mandela, côté mer, sur l'ex-place Marchoux, aujourd'hui rebaptisée place des chaînes brisées. Inauguré le 9 décembre 2011, ce monument est l'œuvre de Jean-Luc Plé, surtout connu pour ses ronds-points en métropole, mais aussi en Guyane (cliquez "ICI").

Cliquez sur une photo pour l'agrandir.Cliquez sur une photo pour l'agrandir.Cliquez sur une photo pour l'agrandir.

Cliquez sur une photo pour l'agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -