Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 08:48

Ce jeune guyanais avait un avenir prometteur devant lui, mais le destin en a décidé autrement ... International de rugby, breveté de l'École coloniale, le sous-lieutenant Albert Eutrope sera tué d'une balle en pleine tête le 26 mai 1915 alors qu'il conduisait ses hommes à l'assaut d'une position allemande lors des combats de Masseng au Cameroun durant la première guerre mondiale. Mais commençons cette histoire par le début ...

Né le 10 janvier 1988, Albert Victor Olivier avait un frère jumeau : Adalbert Charles Olivier, un frère ainé, Henry Roger Eugène né le 31 mars 1881, une sœur, Rose Pauline Jeanne née le 14 novembre 1882 et un autre frère, Paul Louis Alfred né le 5 mars 1885 à Hell-ville, chef-lieu de l'Île de Nosy Bé (Madagascar). Ce dernier ne sera déclaré que le 21 juin 1886 à l'Etat-civil de Cayenne. Excepté Paul Louis Alfred, les autres enfants Eutrope sont tous nés à Cayenne au domicile de leurs parents au n° 41 de la rue du Port.

Leur père Paul Adalbert Olivier Stanislas Eutrope, né le 11 septembre 1844 à Cayenne, qui avait commencé sa carrière en 1863 comme écrivain de marine dans l'administration coloniale, était sous-commissaire à la marine ; leur mère Joséphine Laurentine Charlotte Dufourg, née le 8 janvier 1860 à Cayenne, était mère au foyer.

Comme son frère Henry, Albert intégrera l'école coloniale à Paris. Par arrêté du ministre des colonies daté du 10 novembre 1913, il sera nommé élève administrateur des colonies et affecté en Afrique Equatoriale Française. Il aura préalablement effectué son service militaire au 19e escadron de Train des Équipages Militaires, stationné quartier Fontenoy dans le 7e arrondissement de Paris, après avoir été reçu 4ième au concours de 1912 des élèves officiers de réserve de cette Arme. Il sera exceptionnellement autorisé à terminer son service militaire au 6e escadron du Camp de Chalon avant de partir pour l'A.E.F.

Son frère Henry fera une très belle carrière dans l'administration coloniale. Chevalier de la légion d'honneur du 12 août 1923, il terminera sa carrière avec le grade de résident supérieur de 1° classe en Indochine. A son départ à la retraite le 31 mars 1938, il occupait le poste de résident supérieur au Laos depuis le 4 août 1934.

Quant à son frère jumeau Adalbert, il avait choisi une toute autre voie en devenant ingénieur des arts et métiers. Il sortira en effet de l'école nationale des Arts et Métiers d'Aix-en-Provence avec le diplôme d'ingénieur en 1909, plus communément nommé "Gadzart". Il se spécialisera ensuite dans le domaine de l'électricité en intégrant l'Institut Electronique de Grenoble. A l'époque de son mariage en 1922, il était ingénieur à la Société d'Electricité pour la Lumière et la Force à Paris. Il publiera plus tard avec Jules Verger un ouvrage intitulé "Formulaire de l'électricien praticien".

Gros plan sur Albert Eutrope, un poilu guyanais mort glorieusement, face à l'ennemi

Albert Eutrope, un rugbyman de haut niveau

Alors qu'il poursuit ses études à l'école coloniale à Paris, Albert joue au rugby, et joue bien. En effet, il sera membre de la section rugby du Sporting Club Universitaire de France (SCUF) dès son arrivée à Paris en 1910 et ce, jusqu'à la fin de l'année 1913, date de son affectation en Afrique (A.E.F) comme élève administrateur des colonies.

Avec le SCUF, il jouera deux finales du championnat de France de première division, l'une en 1911 (SCUF / Stade Bordelais) et l'autre en 1913 (SCUF / Aviron Bayonnais). Mais son titre de gloire en tant que rugbyman, sera d'avoir été sélectionné au moins une fois en équipe de France et d'avoir joué le match international du tournoi des V nations Irlande-France à Cork le lundi 24 mars 1913 au poste de troisième ligne aile.

Outre l'école coloniale, il y a un autre point commun avec le guyanais Félix Éboué. Celui-ci a en effet été joueur de rugby au SCUF dans les années 1907 / 1908. Si Albert Eutrope a été le second guyanais de l'histoire sélectionné dans l'équipe de France de Rugby, le premier a été Georges Jérôme. Né le 9 février 1883 à Cayenne. Georges Jérôme sera joueur de rugby à XV dans plusieurs équipes (Stade français, SCUF, Stade bordelais, UA Libourne) avec un palmarès impressionnant. Il sera surtout sélectionné deux fois en équipe de France jouant notamment le premier match au parc des princes le lundi 1er janvier 1906 contre les néo-zélandais (All Blacks). L'équipe de France de rugby jouait alors le premier match de son histoire ...

Durant leurs études, les autres frères Eutrope joueront également au rugby. Adalbert sera membre de l'équipe de rugby de l'école nationale des arts et des métiers d'Aix-en-Provence. Il jouera la finale interscolaire du champion de France en 1909 dans l'équipe des Gadzarts. Quant à Henry, il jouera aussi dans l'équipe de rugby du SCUF et notamment dans la même équipe que son frère Albert en 1913.

Albert et Henry Eutrope avec l'équipe du Sporting Club Universitaire de France (SCUF) le 30 mars 1913 lors d'un match amical contre le Sporting Club de Vaugirard sur le terrain du Racing à Colombes.

Albert et Henry Eutrope avec l'équipe du Sporting Club Universitaire de France (SCUF) le 30 mars 1913 lors d'un match amical contre le Sporting Club de Vaugirard sur le terrain du Racing à Colombes.

Albert Eutrope, tué à l'ennemi le 26 mai 1915

L'expression "tué à l'ennemi" est la formulation militaire que l'on retrouve sur les fiches signalétiques des soldats morts au combat durant la première guerre mondiale notamment sur le site Mémoire des Hommes. Elle indique que le soldat est mort sur le champ de bataille.

Lorsque la guerre éclate début août 1914, le sous-lieutenant de réserve Albert Eutrope qui se trouve en Afrique est mobilisé pour combattre au Cameroun. Il se retrouvera dans la colonne franco-belge dite Shanga-Cameroun, basée à Brazaville.

Albert Eutrope sera tué d'une balle en plein front le matin du 26 mai 1915 alors qu'il montait à l'assaut d'une position ennemie, un peu avant Masseng, à la tête de sa section qui sortait de la forêt à environ 20 mètres des retranchements allemands. Le lieutenant-colonel Hutin qui commandait la colonne Shanga-Cameroun, écrira à la famille pour relater les circonstances de la mort du sous-lieutenant Eutrope :

"Dans l'ordre de marche du détachement opérant dans la direction de Masseng, la section du sous-lieutenant Eutrope se trouvait en tête du gros.

Le 26 mai, vers 7h45, cette section se déployait à gauche de la piste et se portait sous le bois et en avant. Profitant d'une brousse épaisse, cette fraction peut approcher jusqu'à 20 mètres des retranchements allemands, devant lesquels elle débouche brusquement.

L'ennemi, bien abrité, ouvrit un feu extrêmement violent. Le sous-lieutenant Eutrope tombe mortellement frappé à la tête ; il était 8h 45.

Pendant deux heures, le corps ne put être enlevé, les Allemands qui l'avaient vu tomber, tentèrent de le prendre. Les tirailleurs français, héroïquement, luttèrent pour l'enlever ; un caporal et sept d'entre eux furent tués et blessés. Vers 10h 30, après de longs et vigoureux efforts, le corps du sous-lieutenant Eutrope fut en sûreté.

Il a été transporté à N'Gato (point 29) et inhumé au cimetière de cette position. Il est mort glorieusement au champ d'honneur, à la tête de ses hommes, face à l'ennemi.

Le Lieutenant-Colonel, commandant la colonne franco-belge de la Shanga-Cameroun:

(Signé) Hutin."

Le sous-lieutenant de réserve Eutrope Albert fera l'objet à titre posthume d'une citation à l'ordre de l'armée (voir ci-dessous l'extrait du journal officiel). A cette citation à l'ordre de l'armée, la plus haute distinction durant la guerre 14-18, était automatiquement attribuée la Croix de guerre avec palme.

Une rue porte son nom à Cayenne.

Extrait du journal officiel de la République Française du 27 février 1916.

Extrait du journal officiel de la République Française du 27 février 1916.

Sources :

Rugby et rugbymen pendant la grande guerre (pages 14-18 Forum).

http://www.militarian.com/threads/albert-eutrope-rugby-player.7598/

Archives Nationales d'Outre-Mer (Etat-civil).

Bulletin trimestriel de la société des élèves et anciens élèves de l'École coloniale (Gallica / BNF).

Le rôle des colonnes françaises dans la campagne du Cameroun (1914 - 1916) par Henri Mailier, publication du Comité de l'Afrique Française - 1916.

Journal officiel de la République Française du 27 février 1916.

L'Aéro : Organe hebdomadaire de la locomotion aérienne du 22/10/1911

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Personnages de Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -