Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 10:47

Lors d'un article précédent sur ce blog, nous évoquions l'activité du sculpteur Jean-Luc Plé, dernièrement baptisé le "Rodin des ronds-points" dans un article du Nouvel Obs daté du 22 juillet 2015. Il en a en effet réalisé un très grand nombre de sculptures monumentales sur des ronds-points, notamment en métropole, mais aussi quelques unes en Guyane. Dans ce petit article accessible en cliquant "ICI", je décris ce que j'ai personnellement appelé " les ronds-points animaliers " de Jean-Luc Plé.

Mais si sa première œuvre en Guyane fut le Monument des chaînes brisées situé sur la place renommée à cette occasion Place des chaînes brisées, en front de mer tout au bout du boulevard Nelson Mandela à Cayenne, et inauguré en décembre 2011.

Préalablement à l'installation de la statue, la mairie de Cayenne avait déjà voulu honorer, dans le cadre du cinquantenaire de la mort de Justin Catayée, une portion de l'avenue entre le rond-point communément nommé rond-point des trois races et le rond-point Padovani dit rond-point de la Madeleine, en les dénommant Avenue et Place Justin Catayée.

L'inauguration de ces dénominations, présidée par Mme Marie-Laure Phinera-Horth, maire de Cayenne, avait eu lieu le vendredi 29 juin 2012 en présence de Jean et de Patrice, fils et petit-fils de Justin Catayée. Rappelons qu'une rue (ex rue Voltaire) du centre-ville, un collège, et un pont portent également son nom à Cayenne.

Il ne restait donc plus qu'à installer une statue de J. Catayée sur ce rond-point comme l'avait déclaré Mme le maire de Cayenne lors de cette inauguration du 29 juin 2012.

La statue de Justin Catayée à Cayenne

Commandée par la mairie de Cayenne, la statue a été réalisée dans les ateliers de Jean-Luc Plé en Charente-Maritime selon sa technique habituelle. Ces sculptures sont en effet fabriquées en mousse de polyuréthane puis stratifiées avec de la résine et de la fibre de verre, selon le modèle des coques des bateaux. Enfin, après différentes couches de peinture, elles reçoivent une dernière pellicule de protection anti-UV. Garanti sans entretien particulier, ces sculptures monumentales semblent intéresser nombre de municipalités car elles sont moins chères que des œuvres en bronze même si elles résisteront, de toute évidence, beaucoup moins à l'usure du temps !

Cette sculpture monumentale a été inaugurée le samedi 22 juin 2013 par Mme Phinera-Horth, en présence de nombreuses personnalités dont Mme Christiane Taubira, ministre de la justice, Mr Gabriel Serville, député de la première circonscription de la Guyane, Mr Jean-Pierre Roumillac, maire de Matoury et président de l'association des maires de Guyane, Mr Raymond Saint Louis Augustin, maire de Fort-de-France, Mr Antoine Karam, conseiller général du canton Nord-Est, de Mme Evelyne Ho Coui Youn du Conseil régional, de Mr Denis Rolland, recteur de l'Académie de Guyane et des représentants de la Préfecture et du Conseil municipal de Cayenne. La famille Catayée était aussi présente, et en particulier son fils Jean.

Cette manifestation d'inauguration qui s'est déroulée 51 ans jour pour jour après le crash de l'avion d'Air France qui ramenait Justin Catayée en Guyane le 22 juin 1962, avait débuté par une messe célébrée par Mgr Emmanuel Lafont, évêque de Guyane.

La statue de Justin Catayée à Cayenne

Fils de parents martiniquais, Justin Catayée naît à Cayenne le 30 mai 1916. Son père comptable dans une entreprise commerciale est contraint de regagner la Martinique pour raisons de santé. C'est donc en Martinique que Justin Catayée finira ses études secondaires et passera son baccalauréat. En 1939, il veut s'engager dans l'armée française mais est réformé pour cataracte traumatique à l'œil gauche. Il parvient finalement à s'engager au début de l'année 1942 et intégre au printemps 1943 l'école militaire de Cherchell en Algérie comme élève aspirant, école qu'il quittera volontairement en juin 1943 pour aller combattre dans l'armée de libération. Le 8 octobre 1944, il est gravement blessé lors de la bataille de Belfort et sera alors élevé au grade de sergent-chef. Il recevra la croix de guerre 1939-1945 et la médaille militaire.

Démobilisé en juillet 1945, Justin Catayée poursuivra des études de mathématiques à Bordeaux. Ayant obtenu une licence, Justin Catayée qui souhaitait revenir en Guyane, obtiendra un poste de professeur de mathématiques au lycée Félix Éboué de Cayenne.

C'est à partir de son retour que débutera véritablement son engagement dans la vie politique guyanaise. Outre son initiation à la franc-maçonnique dans la loge la France Equinoxiale de Cayenne, il se prononcera dès le début des années 1950 en faveur d'un nouveau statut pour la Guyane contre une logique d'assimilation. Il deviendra membre du Conseil municipal de Cayenne lors des élections de début mai 1953.

Après la dissolution de l'assemblée nationale par Edgar Faure et la réélection du gaulliste Edouard Gaumont aux élections législatives de janvier 1956 en Guyane, Justin Catayée qui était alors en métropole pour des problèmes de santé revient en Guyane, démissionne de son mandat de conseiller municipal et fonde le Parti Socialiste Guyanais pour en devenir rapidement le secrétaire général.

Ayant finalement décidé de voter pour le "oui" au référendum sur la Vème république lors du scrutin du 28 septembre 1958 après avoir rencontré André Malraux qui s'était déplacé en Guyane, Justin Catayée se portera candidat aux élections législatives de novembre 1958. Il l'emportera au second tour avec 40,9 % des voix face à Robert Vignon, ancien préfet de la Guyane et Edouard Gaumont.

Il siègera parmi les non-inscrits à l'Assemblée Nationale jusqu'à sa mort survenu le 22 juin 1962 dans le crash de l'avion sur les contreforts de la colline de Deshaies en Guadeloupe.

La statue de Justin Catayée à Cayenne

Alors qu'il se trouvait en pleine session parlementaire, Justin Catayée apprend qu'une manifestation organisée par le Front Démocratique Guyanais doit avoir lieu le 25 juin 1962 à Cayenne afin de protester contre la sévère répression menée par le préfet de Guyane René Erignac (père de Claude, préfet de Corse, assassiné le 6 février 1998 à Ajaccio) suite à une manifestation qui s'était tenue le 14 juin 1962 contre l'implantation en Guyane de la Légion étrangère.

Justin Catayée décide alors d'écourter son séjour et de rentrer rapidement en Guyane pour participer à la manifestation du 25 juin. Malheureusement, le Boing 707-331 d'Air France baptisé Château de Chantilly dans lequel il avait pris place le 22 juin 1962 s'écrase sur la colline de la commune de Deshaies à 4h30 peu de temps avant son atterrissage sur l'aéroport de Pointe à Pitre (Guadeloupe).

Il n'y eut aucun survivant parmi les 103 passagers et les 10 membres d'équipage de ce vol AF 117 qui reliait Paris à Santiago du Chili via Lisbonne et les Açores. Outre le député Justin Catayée, il y avait aussi à bord de l'avion un militant autonomiste guadeloupéen Albert Béville, connu comme écrivain poète sous le nom de Paul Niger.

La présence de ces deux fortes personnalités et l'absence d'explications techniques claires sur les causes de ce crash donnent encore lieu, aux yeux de quelques uns et plus de cinquante ans après cette tragédie, à la thèse d'un attentat ou d'un sabotage. D'ailleurs, un nouvelle commission d'enquête présidée par l'historien Benjamin Stora et créée par arrêté ministériel le 22 avril 2014 notamment sur cet évènement, mais aussi sur deux autres manifestations sanglantes de décembre 1959 en Martinique, et de mai 1967 en Guadeloupe, a été mise en place au début de l'année 2015.

En novembre 2016, la commission d'enquête présidée par Benjamin Stora a invalidé la thèse de l'attentat en ce qui concerne le crash de l'avion (Vol 117). Le rapport d'enquête de l'époque a, en classifiant ce rapport "Secret", rajouté de la consistance à cette thèse. C'est un ensemble de circonstances malheureuses qui ont abouti à ce drame : - responsabilité de l’équipage du Boeing 707, - insuffisances des services au sol en Guadeloupe, - ainsi que les manquements de la compagnie nationale ...

 

 

Sépulture de Justin Catayée au cimetière de Cayenne

Sépulture de Justin Catayée au cimetière de Cayenne

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -