Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:30

Si l’on habite Saint Laurent du Maroni, ou en simple visiteur, il est quasiment impossible de ne pas avoir vu ou remarqué l’imposante statue du bagnard qui s’élève au bord du fleuve Maroni, à côté de l’office du tourisme, et non loin de l’entrée du Camp de la Transportation.

Habitant la Guyane depuis de nombreuses années, j’avais bien évidemment, et comme tout le monde oserais-je dire, admiré cette sculpture monumentale et l’avais photographié à chacune de mes visites dans cette ville, m’interrogeant sur son histoire …

Quelques recherches sur Internet me permirent cependant, et rapidement, d’obtenir quelques informations complémentaires sur le « coupable » de cette magnifique sculpture en bronze. Il s’agit de Bertrand Piéchaud, un artiste bordelais qui, dois-je l’avouer, m’était jusqu’à présent totalement inconnu. Son nom figure d’ailleurs dans un coin sur la plaque de bronze.

Son site Internet (www.bertrandpiechaud.fr/) nous donne une idée de ses multiples talents car l’homme est à la fois peintre, graveur et sculpteur. Quelques-unes de ses œuvres sont exposées sur son site.

La statue du bagnard à Saint Laurent du Maroni (Guyane)

Malgré mes recherches, je n’ai rien trouvé sur Internet si ce n’est le nom donné à cette sculpture par les touristes qui, sur leurs blogs, légendent la photographie de différents noms comme « Le penseur » ou « Le désespéré », mais celui qu’on retrouve le plus souvent est « La peine du bagnard » …

Finalement, je décidais d’envoyer un mail à l’auteur avec quelques questions, espérant qu’il m’éclaire quelque peu sur son histoire. Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir dès le lendemain une réponse de Bertrand Piéchaud me remerciant de l’intérêt que je portais à sa sculpture et me demandant de lui communiquer mon numéro de téléphone afin qu’il me raconte l’histoire de la statue !

Dès le lendemain, je recevais un coup de fil d’un homme qui m’apparût, d’emblée, d’une grande amabilité et qui me parlait de son attrait pour Saint Laurent du Maroni, de la gentillesse du maire Léon Bertrand, de son bonheur de se promener sur le fleuve à bord d’une pirogue … Bref, il me parlait de tout, et occasionnellement, lorsque je revenais à mon questionnement sur la statue, me dévoilait par bribes les circonstances ayant abouti à la réalisation de cette œuvre et à son installation sur les bords du Maroni.

Voilà ce que j’en ai retenu …

La statue du bagnard à Saint Laurent du Maroni (Guyane)

Venus passer quelques jours de congés courant 1991 avec son épouse Marie pour venir voir leur fils David qui vit sur un bateau dans la région de Saint Laurent, et alors qu’ils étaient attablés en famille dans un bistrot du coin – sa belle-fille Jeannette, une authentique femme du fleuve de l'ethnie Paramaca, m’a-t-il alors précisé, et qu’il aime beaucoup, sait aussi manier la pirogue avec dextérité - il émit l’idée de faire une sculpture pour cette ville qu’il admirait tant. Son fils lui répondit que si sculpture il voulait faire, ce ne pouvait être dans cette ville de Saint Laurent que la statue d’un bagnard …

Aussi dit aussitôt fait, la nuit même dans sa chambre d’hôtel, Bertrand Piéchaud dessinait les contours de la statue, esquisse qui, en réalité, n’évoluera pas et deviendra, après bien des péripéties et autres aléas, la statue que chacun peut aujourd’hui admirer.

Le lendemain même, il se présentait à la mairie et rencontrait le maire Léon Bertrand - un homme affable et fort sympathique (sic) - pour lui présenter son projet et lui montrer l’ébauche de sa future sculpture. Léon Bertrand accepta aussitôt et le projet devint ainsi réalité.

Comme toute œuvre, le monument fut d’abord réalisé en plâtre dans l’atelier bordelais de l’artiste, avant d’être coulé en bronze dans une fonderie appartenant à l’un de ses amis médecins.

Cette pièce en bronze fut tirée par Laurent inquimbert, fils de l'ami médecin dont le nom est Philippe Inquimbert, un des premiers "amateurs éclairés" à retrouver les gestes et techniques de la fonderie d'art à cire perdue. Quant à Laurent Inquimbert, il créa la "Fonderie du Barrou" d'où a été tirée la statue du bagnard de St Laurent-du-Maroni. Celui-ci est maintenant fondeur dans le Var, à l'atelier "ATELIER960" et est l'un des deux meilleurs ouvriers de France (fondeur d'art statuaire, cire perdue). Vous pouvez consulter son site : www.inquimbert.com.

La statue du bagnard à Saint Laurent du Maroni (Guyane)

Interrogé sur les dates de réalisation, d’expédition et d’installation de la statue à Saint Laurent du Maroni, Bertrand Piéchaud a dû faire appel à son épouse Marie qui, m'a-t-il semblé, assure officieusement les fonctions de documentaliste au profit de son artiste de mari dont la chronologie ne constitue pas, à juste raison, le plus important dans ses œuvres …

Toujours est-il que j’ai pu apprendre, grâce aux extraits d’articles de presse conservés précieusement par son épouse, que la statue avait quitté Bordeaux par bateau le 13 avril 1993, qu’elle était arrivée en Guyane le 19 juin 1993 et à Saint Laurent du Maroni le 21 juin. Le maire Léon Bertrand présentera la sculpture au public Saint Laurentais à la mi-août 1993.

Bertrand Piéchaud, un artiste internationalement reconnu qui a exposé dans de nombreuses villes du monde, a également réalisé deux autres sculptures liées à la Guyane : Les trois enfants à Saint Laurent du Maroni et le buste de Guillaume Seznec.

Disons-le tout de suite, et pour reprendre une expression que j’ai adoptée il y a bien des années pour distinguer un type sympathique d’un autre : « j’irai bien boire un verre avec lui » ! Bertrand Piéchaud fait sans aucun doute partie de ces hommes charmants, simples et, à l’en croire la presse bordelaise, discret. Nous pourrions ainsi, attablés au bord d’une terrasse de la plus belle ville de Guyane, parler de l’air du temps, de la beauté des femmes, de la Guyane si attachante, de la vie à Saint Laurent, mais aussi du temps qui passe … vite, trop vite !

La statue du bagnard à Saint Laurent du Maroni (Guyane)

Sources :

Conversation avec Bertrand Piéchaud, et support de son épouse Marie.

Site Internet : (www.bertrandpiechaud.fr/)

Echange de mails avec Laurent Inquimbert (fin octobre 2016)

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -