Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 12:12

Créé le 13 septembre 2011 par l'ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand, le label "Maisons des Illustres" signale par un logo spécifique (voir l'image ci-dessous) à l'attention du public les lieux dont la vocation est de conserver et de transmettre la mémoire des femmes et d'hommes qui les ont habités et se sont illustrés dans l'histoire politique, sociale ou culturelle de la France.

Les Maisons des Illustres constituent un ensemble patrimonial composé de différents édifices (appartements, maisons, domaines, ateliers ...) situés aussi bien en métropole que dans les territoires ultra-marins, et dont le ministère de la culture et de la communication entend faire reconnaître la valeur culturelle.

Le label est attribué aux maisons qui ouvrent leurs portes aux visiteurs plus de quarante jours par an et qui n'ont pas pour objectif une finalité essentiellement commerciale. Attribué pour cinq ans, il est renouvelable sur demande selon une grille de critères conformes à la charte du label.

L'attribution du label "Maisons des Illustres" garantit un programme culturel de qualité avec l'organisation de manifestations régulières, la présentation d'un contenu muséographique original et authentique. Ces lieux labellisés doivent notamment être accessibles à un public scolaire et aux personnes en situation de handicap.

Chaque année, et ce depuis 2011, une nouvelle campagne de labellisation est lancée et les dossiers de candidature sont examinés par la direction des affaires culturelles de la région concernée qui juge de leur pertinence, puis adressés au ministère de la culture et de la communication, pour être enfin analysés par la commission nationale d'attribution du label "Maisons des Illustres".

A ce jour, plus de 200 maisons ont été labellisées. En Guyane, trois édifices possèdent ce label "Maisons des Illustres" depuis 2011 : La maison-musée Félix Eboué à Cayenne, la maison-musée Alexandre Franconie également à Cayenne, et la maison de la sœur Anne-Marie Javouhey à Mana.

Édifices labellisés "Maisons des Illustres" en Guyane

Maison-musée Félix Éboué à Cayenne

Félix Éboué était un administrateur colonial, un résistant de la première heure durant la seconde guerre mondiale et un homme politique. Né le 26 décembre 1884 à Cayenne, fils d'Yves Urbain Éboué et de Marie Joséphine Léveillé, il poursuivra de brillantes études à Cayenne aboutissant à l'obtention d'une bourse en octobre 1901 qui lui permettra de poursuivre ses études au lycée Montaigne de Bordeaux. Après avoir obtenu son baccalauréat es-lettres, il se rendra à Paris pour mener de front des études à la faculté de droit où il obtiendra sa licence en 1908, et à l'école coloniale d'où étaient issus à l'époque l'élite des administrateurs de la France d'outre-mer.

Située à l'angle des rues Christophe Colomb et Félix Éboué à Cayenne, la maison a été construite par Yves Urbain Éboué sur un terrain qu'il avait acheté le 23 juillet 1883. Elle comporte un rez-de-chaussée, un étage et, comme toutes les maisons créoles de Cayenne à l'époque, une cuisine dans la cour.

A son décès, il lègue la maison à sa veuve et à ses enfants. Son épouse Marie Joséphine Léveillé décèdera à son tour le 23 mars 1926 et la maison sera alors vendue par les héritiers aux demoiselles Merckel. Celles-ci la cèderont aux enfant Lony en 1929. Maurice Bernardine Lony épouse Bertrand en deviendra l'unique propriétaire le 8 mai 1848 jusqu'à son achat le 20 février 1989 par le Conseil général de Guyane.

Occupée un temps par l'Office de l'eau, la maison natale de Félix Éboué fera l'objet d'importants travaux de restauration en 2012 pour finalement être transformée en musée, avec en particulier la présentation de nombreux objets lui ayant appartenu. Ce musée sera officiellement inauguré et ouvert au public le mardi 18 juin 2013.

Labellisée "Maison des Illustres" en 2011, cette maison-musée, sous tutelle du musée départemental Franconie, est dédiée à la vie et à l'histoire de ce grand homme.

Informations pratiques : Musée Félix Éboué, 102 rue Christophe Colomb, 97300 Cayenne. Téléphone : 05 94 29 59 13.

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Maison-musée Alexandre Franconie à Cayenne

Humaniste et érudit, Alexandre Franconie est le descendant d'une riche famille de négociants installés en Guyane depuis le XVIII° siècle. Né le 3 juin 1808 à Cayenne, fils d'Antoine et d'Elisabeth Duclos, Alexandre se mariera le 27 juillet 1853 à Cayenne avec Marie Geneviève Gertrude, mulâtresse, qui décèdera le 18 mai 1858 à Cayenne à l'âge de 42 ans.

Le couple aura deux fils, Frédérick Elie, né le 3 juin 1833 à Cayenne, négociant - qui fut maire de la ville entre juillet 1880 et juin 1882 - et Paul Gustave, né à Cayenne le 14 janvier 1845. Ce dernier, peu intéressé par le négoce, mènera une belle carrière politique puisqu'il deviendra député de la Guyane de 1878 à 1898, puis de 1906 à 1910 soit durant 23 ans. Les deux fils Franconie ne seront reconnus officiellement par le couple que le jour de leur mariage le 27 juillet 1853.

Alexandre décèdera à Cayenne le 20 septembre 1873 à l'âge de 65 ans dans la grande maison de style créole de la famille Franconie située au numéro 1 de la rue de Choiseul (actuelle avenue du Général de Gaulle), et qui deviendra le musée départemental et la bibliothèque portant son nom.

Construit entre 1824 et 1842 par la famille Franconie, cet immeuble est construit en U avec un petit jardin intérieur. Il est posé sur un socle de 1, 60 m fabriqué de moellons en pierre et en briques. Le bâtiment est bâti sur une ossature en bois avec un remplissage en briques. Les parois des murs sont des planches montées à clin. A l'époque, le magasin, très grand, était au rez-de-chaussée et l'habitation se situait à l'étage.

Gustave vendra la maison familiale devenue aujourd'hui musée départemental Alexandre Franconie à l'administration. Conformément au testament de son père, il fera don en 1883 de la bibliothèque de son père, et de différents objets lui ayant appartenu, à la colonie.

Labellisée "Maison des Illustres" en 2011, cette maison-musée, propriété du département, est aussi classée Monument Historique par arrêté du 14 février 1986.

Informations pratiques : Musée départemental Alexandre Franconie, 1 avenue du Général de Gaulle, 97300 Cayenne. Téléphone : 05 94 29 59 13.

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Maison de la Soeur Anne-Marie Javouhey à Mana

Née le 10 novembre 1779 à Jallanges en Côte d'Or, fille de Balthazar et de Claudine Parisot, Anne Javouhey, et ses trois autres sœurs deviendront religieuses le 12 mai 1807 dans l'église Saint-Pierre de Chalon. Anne deviendra sœur Anne-Marie en religion, Pierrette née en 1785 sera nommée sœur Marie-Thérèse, Marie-Françoise née en 1787 s'appellera sœur Marie-Joseph, et la plus jeune Claudine, née en 1790 choisira le nom de sœur Rosalie.

Anne-Marie est la fondatrice de la congrégation qui prendra le nom des sœurs Saint Joseph de Cluny le 29 mai 1812, premier ordre des religieuses missionnaires en France. En effet, au fil des années, la congrégation qui a pour but principal l'éducation s'implantera sur les cinq continents. A partir de 1817, les premières religieuses s'installeront à l'Île Bourbon (ancien nom de l'île de la Réunion jusqu'à la révolution), puis au Sénégal en 1821, en Guinée, en Martinique et en Guyane en 1822, et en Guadeloupe en 1823 ...

Anne-Marie Javouhey elle-même arrivera en Guyane fin août 1828 et édifiera à Mana un établissement agricole avec, durant les deux premières années, l'aide financière du gouvernement. Elle dispensera une instruction générale et professionnelle aux esclaves, en récupérant jusqu'à 520 qui travaillaient alors à Cayenne, et en les préparant progressivement à la liberté. En 1838, elle présidera l'émancipation de 185 d'entre eux et 85 familles recevront un demi-hectare de terre en totale propriété.

Ayant quitté la Guyane en juin 1843, les relations de la Congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny en Guyane se détériorèrent quelque peu, aboutissant à la reprise en main le 1er janvier 1847 de l'Etablissement de Mana par l'administration coloniale (Arrêté concernant l'établissement de Mana du 22 décembre 1846).

Bien que la Mère Anne-Marie Javouhey n'ait jamais habité cette maison des sœurs de Mana, car elle fut construite en 1845 (Cf. base Mérimée), elle n'en demeure pas moins un symbole majeur de l'abolitionnisme en Guyane porté par une personnalité hors du commun. Elle décédera le 15 juillet 1851 à Paris. La Révérende mère sera béatifiée à Rome par le Pape Pie XII le 15 octobre 1950.

Propriété de la congrégation Saint Joseph de Cluny, la maison des sœurs de Mana est classée Monument Historique par arrêté du 22 septembre 1987 et a été labellisée "Maison des Illustres" en 2011. Elle a fait l'objet d'une importante restauration aussi bien intérieure que des façades extérieures entre février et décembre 2010.

Informations pratiques : Maison de sœur Anne-Marie Javouhey, Communauté Saint-Joseph, 1 rue Patrice Bourguignon, 97360 Mana. Téléphone :05 94 34 82 70.

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandirCliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Cliquez sur une photo si vous voulez l'agrandir

Sources :

Sites du Ministère de la culture de de la communication ( Maisons des Illustres, base Mérimée).

Bulletins officiels de la GF.

Sites du Conseil Général de la Guyane (https://bibliotheques.cg973.fr/).

Site du Comité National pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage (CNMHE).

Maison natale de Félix Eboué (http://musee.cg973.fr/ws/collections/app/report/le-musee.html?id=5).

Archives Nationales d'Outre-Mer (ANOM).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -