Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 15:22

L'hôpital Jean Martial, situé au numéro 2 de l'avenue Léopold Héder et au 9 de la rue Fiedmont à Cayenne, tombait progressivement en ruine depuis son abandon en 1991 comme centre hospitalier. Le Conseil général l'utilisa jusqu'en 1995 pour y abriter certains de ses services. Inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques par arrêté du 9 décembre 1992, un nouvel arrêté du 22 avril 2013 le classe Monument Historique dans sa totalité, y compris son sous-sol.

Eu égard à l'emplacement de ce site qui est en prolongement de la place des Palmistes, et à son caractère historique, de nombreux projets de réhabilitation ont été envisagés mais sans qu'aucun d'entre eux n'aboutisse. Ce ne sera finalement que le 3 septembre 2010 qu'une convention-cadre sera signée entre le Conseil Régional, le Conseil Général, propriétaire du site, et l'Etat (Ministère de la Culture) avec comme objectif de restaurer et de valoriser le site de l'ancien hôpital Jean Martial pour y créer la Maison des Cultures et des Mémoires de la Guyane. L'originalité de cette convention réside dans son montage financier puisque la parité est totale entre les trois signataires.

Cette convention a aussi permis de réaliser les premiers travaux de conservation comme les toitures en tuiles des deux bâtiments principaux, la réfection des charpentes et la construction d'une dalle de béton sous les toitures. Le projet complet est estimé à environ 50 millions d'euros répartis entre les deux sites que sont l'ancien hôpital Jean Martial (29 millions) et le nouveau site du Moulin à vent en cours de construction à Remire-Montjoly situé près de RFO, face à la mairie.

L'ancien hôpital Jean Martial abritera le musée départemental, le musée des cultures guyanaises, les archives départementales, une cinémathèque, des expositions temporaires et permanentes, le dépôt des fouilles archéologiques et un espace dédié aux enfants. Quant au site du Moulin à vent de Remire-Montjoly, il comprendra des salles de lecture des archives, un atelier de restauration, des magasins et les réserves des musées.

Déjà le 24 octobre 2014 avait été inauguré l'Espace culturel Joseph Ho-Ten-You dans le Pavillon séparé par le porche d'entrée de l'ancien hôpital, en hommage à l'ancien président du Conseil général. Cet Espace de plus de 400 m2, qui préfigure la future Maison des Cultures et des Mémoires de la Guyane, abrite des expositions temporaires des fonds patrimoniaux appartenant aux différents musées de la Guyane.

Rappelons que Joseph Ho-Ten-You décédé le 31 août 2014 à l'âge de 72 ans, chirurgien-dentiste de profession, avait été conseiller général du canton de Remire-Montjoly depuis le milieu des années 80 et conseiller municipal. Il fut président du Conseil général entre 2001 et 2004.

Cliquer au milieu de l'image pour l'agrandir

Cliquer au milieu de l'image pour l'agrandir

Jean Martial, médecin militaire

Le nom de Jean Martial, médecin militaire ayant le grade de lieutenant-colonel, a été donné à cet hôpital lors d'une inauguration le 18 juin 1946 en présence du gouverneur Jean Peset, de Gaston Monnerville, et des autorités civiles et militaires. Originaires de la Guyane, Jean Martial et Gaston Monnerville étaient non seulement de la même génération mais ils étaient aussi amis. Ils ont fait tous les deux leurs études à la même époque au collège de Cayenne, puis à Toulouse, tout en poursuivant des chemins professionnels différents.

Jean Raphaël Olivier Eugène Martial est né le 28 mai 1896 à Cayenne au domicile de ses parents, rue des remparts. Il est le fils de Léon Mirtil Martial qui avait alors 27 ans et était employé au télégraphe, et de Pauline Victoire Caroline Monrose, 25 ans, sans profession. Jean Martial aura six autres frères et sœurs : Charles ( 1895-1942), Emilie (1897- 1985), Victor (02/1900-08/1900), Armande (1901-1982), Léonie (1903-2003) et Rose (1908-1934).

Il est à noter que ses parents Léon Martial (né le 13 novembre 1868 à Sainte Anne en Guadeloupe / décédé le 16 janvier 1949 à Aix-en-Provence) et Caroline Monrose (née le 17 novembre 1869 à Cayenne / décédée le 8 février 1955 à Aix-en-Provence) deviendront tous les deux instituteurs. Déjà, lors de la naissance de sa fille Emilie en novembre 1897, Léon avait embrassé la profession d'instituteur. On retrouve ainsi la trace de leur mutation commune à l'école primaire d'Iracoubo en 1913 (Décision du 13 octobre 1913 portant mutations dans le personnel de l'Enseignement primaire). En septembre 1916, ils reviennent tous les deux à Cayenne.

Après de brillantes études au collège de Cayenne, Jean Martial poursuit ses études supérieures à Toulouse. Il participe à la première guerre mondiale dans les troupes des tirailleurs sénégalais. Ayant intégré l'école de santé de la marine en 1920, il obtient son diplôme de docteur en médecine en 1922.

Affecté en Afrique occidentale française, puis en Indochine, on le retrouve chef du service de santé de la côte française des Somalis en 1939. Jean Martial meurt du Typhus le 18 juin 1939 à Djibouti à l'âge de 44 ans. Il était détenteur de nombreuses distinctions honorifiques : Chevalier de l'Ordre de l'Etoile noire en 1928, Chevalier de la légion d'honneur en 1931 et Chevalier de l'Ordre du Dragon d'Annam en 1936.

Marié le 1er juin 1933 à Paris avec Simone Marie Binkert (née le 17 février 1906 à Montélimar / décédée le 1er avril 2000), Il aura trois enfants nés à Lang-Son au Vietnam : Philippe (1934) et les deux sœurs jumelles Claudine et Brigitte (1936).

Autres photos de l'ancien hôpital Jean Martial aujourd'hui

Cliquer au milieu d'une photo pour l'agrandirCliquer au milieu d'une photo pour l'agrandirCliquer au milieu d'une photo pour l'agrandir
Cliquer au milieu d'une photo pour l'agrandirCliquer au milieu d'une photo pour l'agrandirCliquer au milieu d'une photo pour l'agrandir

Cliquer au milieu d'une photo pour l'agrandir

Historique de l'hôpital de Cayenne au XVIIe et XVIIIe siècle

Un premier "hôpital" avait été sommairement construit en 1698 mais détruit par un incendie : "Ainsi la ville de Cayenne compte, en 1698, un hangar recouvert de feuilles de palmiers, pompeusement appelé l’hôpital" (A. Henry)". Celui-ci fut reconstruit en pierre dans les années 1716-1717, sous le gouverneur Claude Guillouet, seigneur d'Orvilliers, capitaine de frégate, à l'emplacement des anciennes douanes en direction de l'actuel vieux port, bâtiment aujourd'hui réhabilité et occupé par la Direction des Affaires Culturelles.

Le Révérend Père Labat, de l'Ordre des Frères prêcheurs, raconte dans le Tome III de l'ouvrage intitulé "Voyage du chevalier Des Marchais, en Guinée, Isles voisines, et à Cayenne : fait en 1725, 1726 et 1727" qu'en 1726, l'hôpital des malades est au pied du port. C'est le troisième bâtiment de pierre qui est dans la ville. Une carte de la ville de Cayenne dressée par le chevalier Des Marchais positionne l'hôpital près du port au pied du fort Saint Michel maintenant nommé fort Cépérou (cliquez sur l'image à gauche pour l'agrandir).

Quatre sœurs de la congrégation de Sant Paul de Chartres, à l'époque nommées sœurs grises, arriveront en Guyane dès 1727 pour s'occuper de l'hôpital. Elles seront une trentaine à se succéder jusqu'en 1789. Mais après quelques décennies, l'hôpital royal n'est plus adapté, mal ventilé et doit être refait en urgence.

Pierre-Victor Malouet, commissaire général de la marine et ordonnateur en Guyane entre 1776 et 1778, demande en 1777 à l'ingénieur géographe du Roi Jean-Baptiste Tugny de réaliser un projet de nouvel hôpital et de présenter les devis d'après les dessins réalisés. Malouet confiera à Jean-Baptiste Tugny la réalisation de ce nouvel hôpital en 1778.

Plan du projet de l'hôpital royal dressé par Jean-Baptiste Tugny le 1er Octobre 1777, ingénieur géographe du Roi, arpenteur (Source ANOM)

Plan du projet de l'hôpital royal dressé par Jean-Baptiste Tugny le 1er Octobre 1777, ingénieur géographe du Roi, arpenteur (Source ANOM)

Histoire contemporaine de l'ancien hôpital Jean Martial

Il est difficile de savoir si ce projet d'hôpital ci-dessus a été réalisé ou non, en totalité ou en partie, en 1789 sur l'emplacement actuel de l'ancien hôpital Jean Martial. De nombreux autres plans de construction ou d'amélioration de l'hôpital militaire à partir de 1819 sont accessibles dans les archives nationales d'outre-mer. De même, de nombreux édifices de l'hôpital ont été démolis, d'autres construits et certains modifiés depuis le début du XIXe siècle ...

En 1808, il ne restait que trois sœurs de Saint Paul de Chartres à l'hôpital. Elles reviendront après le départ des Portugais de la Guyane en 1817. En avril 1842, il y aura dix sœurs affectés aux soins des malades dont une sœur supérieure. En 1865, 13 sœurs sont affectés au service de l'hôpital militaire. Un bâtiment servant de logement leur avait été construit en 1856, auquel sera rajouté une chapelle.

Les bâtiments en bois seront reconstruits en maçonnerie durant l'époque du gouverneur Jean-Louis Loubère entre 1870 et 1877. Des éléments métalliques ont été utilisés dans la maçonnerie et les galeries. Le plan de l'hôpital qui fut dénommé "colonial", puis "militaire" avant qu'on le baptise en 1946, comme déjà précisé, du nom du médecin militaire Jean Martial, n'a pas tellement évolué depuis 1879, comme on peut le voir sur le plan ci-dessous.

Plan émanant des archives nationales d'outre-mer (modifié pour y ajouter les fonctions des bâtiments)

Plan émanant des archives nationales d'outre-mer (modifié pour y ajouter les fonctions des bâtiments)

Cartes postales anciennes et gravure de l'hôpital colonial de Cayenne

Ancien hôpital Jean Martial à CayenneAncien hôpital Jean Martial à Cayenne
Ancien hôpital Jean Martial à CayenneAncien hôpital Jean Martial à Cayenne

Sources :

Bulletins officiels de la Guyane Française.

Archives Nationales d'Outre-Mer (ANOM).

Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, Isles voisines, et à Cayenne: fait en 1725, 1726 et 1727 "parle R.P Labat - publié en 1730.

Jean-Baptiste Tugny, géographe du Roi (Généalogie et Histoire de la Caraïbe / Numéro 64 - Octobre 1994).

Association Amicale Santé Navale et d'Outre-Mer (ASNOM).

Site du Conseil Général de la Guyane : Ancien hôpital jean Martial

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Brigitte 05/10/2015 21:47

Merci pour cet article intéressant et bien documenté ..

Phil 05/10/2015 22:39

Merci Brigitte pour ce commentaire sympa. Cela m'encourage à continuer !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -