Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:11

Après avoir rédigé un précédent article sur l'Ibis vert (Mesembrinibis cayennensis) en Guyane, celui-ci est dédié à l'Ibis rouge dont le nom scientifique est Eudocimus ruber (Linnaeus,1758). Les anglo-saxons le nomment "Scarlet Ibis", et les brésiliens "Guara". En Guyane, il est appelé en créole "Flanman".

Membre de la famille des Threskiornithidés, Il est facilement identifiable avec sa couleur rouge écarlate et son long bec courbé. Les bouts de ses ailes sont noirs. La face, le bec et les pattes sont roses. Son iris est brun foncé. Les pieds sont légèrement palmés. Le mâle est un peu plus grand que la femelle et peut mesurer jusqu'à 68 cm. Le poids d'un mâle adulte est inférieur au kilogramme.

Sa couleur varie quelque peu du rouge écarlate au rose orangé selon les populations, la saison ou le régime alimentaire. Cette coloration spectaculaire est due à la présence de caroténoïdes, pigments contenus dans son alimentation et en particulier dans les crevettes.

La couleur de l'ibis juvénile ou immature est complètement différente. En effet, sa tête et son dos sont d'un brun terne avec un ventre blanc. Il n'atteindra la couleur rouge écarlate que progressivement, mais pas avant ses deux ans.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

L'ibis rouge vit dans les marais côtiers ou de l'intérieur, comme les savanes inondées, les vasières ou les lagunes mais aussi dans la mangrove. On le retrouve dans pratiquement tous les estuaires des grands cours d'eau de Guyane : Sinnamary, rivière de Kaw, Approuague, Mahury ou Malmanoury.

L'espèce se reproduit dans d'immenses colonies pouvant regrouper plusieurs milliers d'individus qu'on trouve dans les jeunes palétuviers en front de mer. La colonie la plus importante en Guyane est localisée entre Kourou et Sinnamary. Une autre colonie moins importante est située au niveau de la Pointe Béhague, près de l'embouchure de l'Approuague.

La saison de reproduction est entre mi-avril et début juin. Le nid est constitué d'une plateforme dans la mangrove où la femelle pond en moyenne deux œufs, de couleur vert pâle à crème avec des marques sombres. La couvaison dure 21 jours et est faite par les 2 parents. A l'âge de 50 jours environ, les jeunes devenus autonomes quittent la colonie.

La mortalité des juvéniles est très importante et avoisine les 50%. Un couple d'ibis rouge n'élève donc en moyenne qu'un seul jeune par an, ce qui rend cette espèce encore plus vulnérable. La durée de vie d'un ibis rouge est d'environ quinze ans.

L'ibis rouge vole à une haute altitude et peut atteindre de grandes vitesses. Lorsqu'ils sont dérangés, tous les oiseaux d'un même site de nidification s'envolent en même temps. Les querelles territoriales entre mâles sont assez nombreuses.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

Outre des crevettes, les ibis rouges se nourrissent d'écrevisses, de petits crabes, de vers, de mollusques, d'amphibiens, de petits poissons, de larves et d'insectes aquatiques. Leur long bec courbé permet de fouiller profondément la vase et d'y rechercher leur alimentation.

Considéré comme un gibier, on trouvait de l'ibis rouge dans de nombreux restaurants créoles en Guyane jusqu'au milieu des années 1980. Pourchassé pour sa viande, la beauté de son plumage a failli également lui coûter sa disparition totale du paysage guyanais. Un véritable artisanat s'était en effet créé à partir de leurs plumes avec lesquelles on fabriquait des fleurs.

Jadis très abondant, il semble que dans les années 1950, les abords du port de Cayenne étaient "rouges" d'ibis à marée basse. Mais la pression de chasse et celle de l'artisanat local accentuèrent le déclin de cette espèce qui ne fut complètement protégée qu'à partir du 15 mai 1986 par un arrêté ministériel. Malgré cela, le braconnage se poursuivit encore durant quelques années.

Comme l'ibis vert, l'ibis rouge est heureusement aujourd'hui totalement protégé en Guyane par une interdiction de chasse et de commerce. Par ailleurs, Il est depuis 1987 inscrit dans l'annexe II de la Convention de Washington sur le commerce des espèces en voie de disparition.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

De nombreuses agences touristiques en Guyane vous proposent maintenant des balades ou de courtes expéditions en pirogue pour aller admirer les ibis rouges dans leur milieu sur les différents cours d'eau comme le Sinnamary, la rivière de Kaw ou encore sur l'Approuague.

On trouve des Ibis rouges principalement sur la partie côtière du Nord de l'Amérique du Sud comme on peut le voir sur la carte de l'IUCN ci-dessous : Argentine, Colombie, Venezuela, Trinidad et Tobago (l'ibis rouge est l'emblème du pays), Suriname, Guyana, Guyane française, Brésil.

Cette espèce s'est aussi répandue dans les pays de la région comme par exemple au Belize, dans le sud des Etat-Unis, à Aruba, Cuba, Grenade, Jamaïque et au Panama.

L'Ibis rouge (Eudocimus ruber) en Guyane

Sources :

Portraits d' oiseaux guyanais (Groupe d'étude et de protection des oiseaux de Guyane) chez Ibis rouge éditions.

Faune de Guyane par Eric Hansen et Cécile Richard-Hansen aux Editions Roger Le Guen.

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Faune de Guyane
commenter cet article

commentaires

Theresa 07/05/2015 19:35

Bonjour Marie-Odile et Philippe,
Quel joli oiseau! Ce n'est pas par hasard que je tombe sur votre blog. Je viens de me joindre à un évènement qui s'appelle "Global Big Day" et l'idée c'est de recensé le plus grand nombre des espèces d'oiseau dans le monde. J'ai lu que personne en Guyane française ne s'est inscrit à l'évènement, mais plus je réfléchis, plus je pense que peut-être votre participation fut enregistrée au nom de la France. Alors, est-ce que les guyanais y participeront?
Voici un lien vers un article sur "Global Big Day"
https://www.facebook.com/ebird/posts/10153380838624388?comment_id=10153382343094388¬if_t=share_reply
et vers l'évènement sur Facebook: https://www.facebook.com/events/830486043697755/

Tout ce commentaire parce que mon fils (8 ans) fait un projet sur les oiseaux pour l'école. Comme on parle français à la maison (aux USA), j'étais curieuse de savoir un peu plus sur les ornithologues en Guyane.

Phil 08/05/2015 21:04

Bonjour Teresa, je ne suis pas un spécialiste des oiseaux de Guyane, mais de sa faune d'une manière plus générale. Il existe un site qui s'appelle GEPOG et qui est dédié à la protection et l'identification des oiseaux de la Guyane française. Leur site Internet vous permettra d'en savoir un plus sur les beaux oiseaux de notre région d'Amérique du Sud ...
Bravo pour votre écriture du français !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -