Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:04

Sur un vieux plan de la ville de Cayenne datant de 1703, cet endroit s'appelait Place du Port. Puis, sur un autre plan plus récent de 1842, il porte le nom de Place du Marché. En 1888, le marché sur cette place était constitué de deux bâtiments de plan octogonal et d'un autre, de forme rectangulaire, comme on peut le voir sur une vieille carte postale en bas de cet article. Il y avait également un jardin public qui jouxtait ce marché.

Dans les année 1907, le jardin a été supprimé pour être remplacé par un nouveau marché couvert, celui que nous connaissons actuellement. Ce n'est qu'en 1920, sous la mandature municipale d'Eugène Gober (né en décembre 1876 à Roura et mort en juin 1946 à Paris) qui fut maire de Cayenne de 1910 à 1928, mais aussi Président du Conseil Général de la Guyane de 1913 à 1919 et de 1922 à 1928, que fut décidé de construire le monument aux morts sur la place du vieux marché.

Ce monument est situé en plein milieu de la place, et est surmonté d'un coq "gaulois". On nommera donc tout naturellement un peu plus tard cet espace, la place du coq. Cette place est divisée en carrés. Ce monument initialement dédié aux morts de la Première guerre mondiale, a été inauguré le 11 novembre 1922.

La Place du coq a été versée le 06 février 2003 dans l'inventaire général du patrimoine culturel de la Guyane.

Le monument aux morts, Place du coq à Cayenne (Guyane)

Pour commémorer les morts guyanais de la première guerre mondiale, la municipalité de Cayenne, à la tête de laquelle se trouvait, comme déjà précisé, Eugène Gober, décida de construire avec le concours des trois loges maçonniques de Guyane et en particulier : "La France équinoxiale" et "La Guyane républicaine", un monument dédié au souvenir des morts de la grande guerre.

Une souscription publique initiée par les loges maçonniques permit alors d'acheter une stèle en forme de pyramide de près de cinq mètres de haut et surmontée d'un coq chantant, les ailes à demi-ouvertes. Les trois côtés sont en granit et le dernier, celui qui est face à l'entrée du marché, est en bronze. Sur cette plaque de bronze, on retrouve tout l'équipement du poilu de la Première guerre mondiale. On peut aussi y lire la signature du fabricant "Sanchez 1920". Elle fut fondue au Val d'Osne dans la fonderie de la Haute-Marne, fonderie qui se spécialisa, après la guerre 14-18, dans l'ornementation des monuments aux morts.

Ce n'est que deux ans après l'inauguration, le 11 novembre 1924, nous apprend Virginie Brunelot dans son article intitulé "Création et inauguration du monument aux morts de Cayenne, ...", daté du 2 avril 2014, que les anciens combattants de Guyane rajouteront les quatre mortiers qui encadrent le monument aux morts. En raison de sa morphologie, ces mortiers de tranchée de 58 mm n° 2 étaient appelés par les poilus "Crapouillots", qu'on peut traduire par "petits crapauds".

On peut voir deux de ces "crapouillots" sur la photo ci-dessous prise Place du coq et où l'on voit une maison de ville de style créole, avec un magasin en rez-de-chaussée. De nombreuses grandes maisons créoles tout autour de cette place ont été restaurées.

Le monument aux morts, Place du coq à Cayenne (Guyane)

Quelques photos de la Place du coq et de son environnement :

Cliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandirCliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandirCliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandir
Cliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandirCliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandirCliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandir

Cliquez au milieu de chaque photo pour l'agrandir

Sous la pluie, et en présence de la foule et des dignitaires civils et militaires et en particulier du gouverneur de la Guyane Henri Alphonse Joseph Lejeune, le discours inaugural du 11 novembre 1922 sera fait par Hyppolite Baculard, 42 ans, pharmacien, mais surtout vénérable de la loge maçonnique "la Guyane républicaine", et du docteur Devez, vénérable de la Loge "la France Equinoxiale".

En 1924, le Conseil général de la Guyane commande et publie le Livre d'or du Contingent de la Guyane Française à la Grande Guerre 1914-1918 Morts pour la France, Blessés - Cités, Décorés - sous le haut patronage de Monsieur Albert Sarraut, Ministre des Colonies. Cet ouvrage a été édité par l'imprimerie B. Guégan.

Dans ce livre d'or, on retrouve notamment au chapitre concernant les morts pour la France, commune de Cayenne, le nom du soldat Borical Saint-Just-Louis dont les restes ont été retrouvés le 24 avril 2011 dans la forêt de Fleury-devant-Douaumont, village détruit en 1916, au ravin de Bazil. Tué durant une offensive allemande le 3 juin 1916, les ossements du poilu Borical ont été rapatriés sur sa terre natale. Sur le monument aux morts de la place du coq, il y figurait bien mais au nom mal orthographié de Burical Saint-Just. Ce poilu guyanais de la Grande guerre a donc retrouvé son nom, sa terre et son honneur car il repose maintenant depuis le 14 Octobre 2011 au carré militaire du cimetière de Cayenne. Soldat au 119° Régiment d'Infanterie, il fut décoré à titre posthume avec cette mention : BORICAL (Saint-Just Louis), matricule 2790, soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement au champ d'honneur, le 3 juin 1916, à Fleury, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze.

Depuis 1922, toutes les cérémonies de commémoration du 11 novembre sont célébrées, en présence des autorités civiles et militaires et des anciens combattants, sur cette Place du coq de Cayenne.

Photographie ancienne avec "l'ancien marché" de Cayenne, celui qui a été détruit :

C'est sur l'emplacement de cet ancien marché qu'a été construit le monument aux morts.

C'est sur l'emplacement de cet ancien marché qu'a été construit le monument aux morts.

Sources :

www.manioc.org

Livre d'or du contingent de la Guyane française à la grande guerre 1914-1948.

Ministère de la culture - Base Mérimée.

Article de Virginie Brunelot (http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/blog/actualite/504/creation-et-inauguration-du-monument-aux-morts-de-cayenne-capitale-de-la-guyane-francaise/).

Fichier pdf (http://www.verdun-meuse.fr/images/pages/BoricalcesoldatdoutremerER201013.pdf).

Journal officiel de la République Française du 20 janvier 1925.

Site internet perso (http://regiment119.perso.sfr.fr/historique.html#Erches/).

Le monument aux morts, Place du coq à Cayenne (Guyane)

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

MASNADA 23/02/2016 14:06

Merci, pour cette histoire, je suis actuellement en visite à Cayenne et étant originaire d'un village prés de Verdun je voulais faire une photo de ce monuments pour la mettre dans facebook. Bravo pour votre documentation.

Phil 23/02/2016 14:25

Masnada, merci pour votre commentaire encourageant. Bon séjour en Guyane.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -