Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 08:41

Après l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises en 1848, l'Assemblée nationale promulguait une loi relative à l'indemnité accordée aux colons par suite de l'affranchissement des esclaves. Cette loi, délibérée en séance publique à Paris les 19 janvier, 23 et 30 avril 1849, fixait les indemnités que les anciennes colonies esclavagistes devaient se répartir sur une somme globale de 6 millions de francs.

Sur ces six millions, le huitième de la portion afférente aux colonies de la Guadeloupe, de la Martinique et de la réunion fut prélevé pour servir à l'établissement d'une banque de prêt et d'escompte dans chacune des colonies.

Ainsi, le montant des indemnités distribuées le fut comme suit : 1,507,885 francs 80 centimes pour la Martinique ; 1,947,164 f 85 c pour la Guadeloupe et dépendances ; 372,571 f 88 c pour la Guyane ; 2,055,200 f 25 c pour la Réunion; 105,503 f 41 c pour le Sénégal et dépendances ; et enfin 11,673 f 81 c pour Nosy Bé et Sainte-Marie (ces deux petites îles ont été colonisées bien avant Madagascar).

Ensuite, le gouverneur de chaque colonie devait répartir la somme qui lui était attribuée, en l'occurrence plus de 372 000 francs pour la Guyane, entre chaque colon en fonction du nombre d'esclaves dont il était propriétaire. Un comptage précis des esclaves fut donc effectué au jour de l'émancipation du 10 août 1848 afin de répartir équitablement cette somme entre les colons. En Guyane, le nombre fut officiellement certifié à 12,328 esclaves par l'ordonnateur de la Guyane française C. de Glatigny le 13 août 1849.

Pour affecter ces fonds devant servir à indemniser les colons sous la forme d'actions, et comme déjà précisé, il fut décidé de créer dans chaque colonie un établissement bancaire de prêt et d'escompte. Suite à la loi du 11 juillet 1851 créant la Banque de la Guyane, un décret constitutif fut signé le 21 décembre 1853 par l'Empereur Napoléon III. La Banque ne fut installée que par le décret du 1er février 1854. Mais ce n'est qu'en 1855 que fut officiellement ouverte la Banque de Guyane au 12 rue d'Artois à Cayenne (actuelle rue Lalouette) au capital de 300,000 francs.

Le premier directeur de la Banque de Guyane fut M. Jean-Baptiste Bellamy, au salaire annuel de 8000 francs. Il devait en outre posséder au moins dix actions de sa banque. Il restera en Guyane jusqu'en 1857 avant d'être nommé directeur de la banque de Martinique.

La Banque de la Guyane, ancienne banque coloniale à Cayenne.

La Banque de Guyane n'était pas complètement autonome. En effet, elle était placée sous l'autorité du Gouverneur, plus exactement dans les attributions du directeur de l'intérieur, qui devait approuver les comptes chaque semestre, le montant des dividendes versés aux actionnaires et donnait l'autorisation pour émettre la monnaie. Pour le premier semestre de 1856, il fut donné 19 francs 25 centimes à chaque détenteur d'une action de 500 francs. Pour le premier semestre 1888, le dividende distribué atteignait 50 francs par action, soit 10 % du capital nominal. En 1900, une action de la Banque de Guyane émise à l'origine à 500 francs valait 1200 francs.

La création de la Banque tombait au bon moment, notamment pour sa prospérité future, car c'est à cette même époque en 1855 qu'on attribua officiellement à M. Félix Coüy sur l'Approuague la découverte de l'or en Guyane. A partir de cette époque, l'orpaillage se répandit pour ne plus s'arrêter.

La première émission de billets par la Banque de Guyane fut autorisée par arrêté du Gouverneur Louis Adolphe Bonard le 24 mai 1855 pour un montant de 100,000 francs, soit 70 billets de 500 francs, 350 billets de 100 francs et 1200 billets de 25 francs. Par le décret du 4 novembre 1875, le capital de la Banque de Guyane fut fixé à 600,000 francs.

Après le grand incendie qui détruisit une partie de Cayenne dans la nuit du 10 au 11 août 1888, et notamment la Banque de Guyane, le directeur fut autorisé à occuper le bâtiment affecté au chef de service de l'artillerie pour y installer ses bureaux, ses caisses et son logement personnel.

En 1891, il fut décidé de construire un hôtel de la Banque de Guyane. La première pierre fut posée le 11 juillet 1891 sur la place Victor Hugo à Cayenne. Cette place changea de nom plus tard après la mise en place d'un monument érigé en l'honneur de Victor Schoelcher, inauguré le 14 juillet 1897. Cette place fut donc appelée "place Victor Schoelcher".

La Banque de Guyane, qui perdit en 1944 son privilège de battre la monnaie, fut rachetée en 1964 par la Banque Nationale du Commerce et de l'Industrie (BNCI), devenue deux ans plus tard la Banque Nationale de Paris (BNP). Celle-ci fusionnera en l'an 2000 avec Paribas pour devenir BNP Paribas.

Pour agrandir, il suffit de cliquer sur la photo.Pour agrandir, il suffit de cliquer sur la photo.

Pour agrandir, il suffit de cliquer sur la photo.

Une succursale de la banque de Guyane sera officiellement créée à Saint Laurent du Maroni par décret du Président de la République (R. Poincaré) le 4 juin 1918. Dans les faits, cette succursale ne sera mise en place que vers 1920, car jusqu'alors, il n'y avait qu'un représentant qui servait d'intermédiaire pour faciliter les opérations entre la banque et ses clients. Elle servait principalement au personnel de l'administration pénitentiaire et à la population du village. Les orpailleurs du Haut-Maroni échangeaient notamment leurs pépites contre des billets.

Ce bel immeuble en pierre est maintenant une annexe de la mairie et abrite notamment les bureaux du maire.

En 1975, une partie du bâtiment de la place Victor Schoelcher à Cayenne fut détruite et rénovée. La façade de la BNP Paribas ne ressemble plus du tout à ce qu'elle fut autrefois à l'époque de la Banque de la Guyane, ancienne banque coloniale.

Ce bâtiment figure à l'inventaire général du patrimoine culturel depuis 2003. Vous trouverez ci-dessous quelques photos de l'actuelle banque et de la place Schoelcher de Cayenne, ainsi qu'une photo de l'annexe de la mairie de Saint Laurent du Maroni, ancienne succursale de la banque de Guyane.

La Banque de la Guyane, ancienne banque coloniale à Cayenne.La Banque de la Guyane, ancienne banque coloniale à Cayenne.
La Banque de la Guyane, ancienne banque coloniale à Cayenne.

Sources :

Ministère de la culture - Base Mérimée

Manioc.org : B.O.G.F

B.N.F (Gallica) : Banque de la Guyane Française - Lois, Statuts et Documents divers - 1855

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -