Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:16

Profitant des journées du Patrimoine de cette année 2014, nous avons pu visiter l'intérieur du Fort Diamant à l'occasion d'une visite guidée ce samedi 20 septembre.

Ce fort, bien restauré par le Conseil général qui en est le propriétaire, n'est ouvert au public qu'à de rares occasions, notamment lors de ces journées du Patrimoine chaque année ou lors de manifestations pédagogiques pour des groupes scolaires ou pour quelques expositions culturelles.

Situé sur la commune de Remire-Montjoly, le long de la route des plages, le fort occupe une position stratégique à l'embouchure du fleuve Mahury. Il faisait partie d'un système de défense plus vaste de cette partie de la Guyane car deux autres petits forts protégeaient également l'accès. Il y avait en effet le petit fort de Degrad des Cannes et le fort Trio situé à l'embouchure de la crique Fouillée sur la commune de Matoury. Il ne reste malheureusement plus grand chose de ces deux autres forts qui ont, par manque d'entretien, été "avalés" par la nature.

On pourrait penser que ce nom de "Diamant" vient du fait que ce fort a réellement la forme d'un diamant avec sa pointe, comme on peut le voir sur la photo satellite de Google Earth ci-dessous. Cette hypothèse nous a été énoncée avec humour par notre guide lors de cette visite.

Une autre possibilité, plus sérieuse et elle-aussi émise par le guide, concernerait le fait qu'une habitation proche du Fort portait le nom de "Diamant". En effet, lors du recensement de la population libre réalisé en 1737, il y avait effectivement une habitation nommée Le Diamant sur la Paroisse de Remire. Celle-ci était occupée par la famille Courant dont le père était Capitaine de milice. Cette habitation deviendra ensuite la propriété vers 1750 de Jacques François Arthur, premier médecin du Roi à Cayenne de 1736 à 1771.

Sur un plan daté de novembre 1779, on retrouve la Dame veuve Arthur, revenue dans sa Guyane natale un peu après le décès de son mari survenu le 17 mars 1779 à Caen, sur cette habitation située en face d'un Degrad aussi appelé "Degrad de Diamant". Quant à la famille Courant, elle demeure à cette date dans l'Habitation de Mahury, non loin de son ancienne habitation. Il y a donc fort à parier que le Fort a été appelé "Diamant" en raison du nom de l'habitation voisine, mais aussi du Degrad ayant le même nom ...

Le Fort Diamant a été classé Monument Historique par arrêté du 14 mai 1980.

Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane

Situé à l'emplacement même de fortifications antérieures datant du 17e siècle et qui furent détruites par les Portugais, la reconstruction de ce Fort débute en 1840 pour se terminer en 1849. Un des objectifs de cette fortification était de défendre la ville de Cayenne mais aussi l'entrée du fleuve Mahury, en particulier contre une nouvelle invasion portugaise. En effet, la Guyane fut conquise en 1809 par les forces portugaises, aidées des anglais, venant du Brésil et qui y demeurèrent jusqu'en 1817. Cette invasion fut faite en représailles de l'invasion française au Portugal par Napoléon 1er. Il faut préciser que cette occupation ne perturba pas plus que ça la vie quotidienne des habitants.

Ce fort a une configuration particulière car il est formé de trois espaces bien différents : une partie circulaire en front de mer sur laquelle se trouvait les batteries de défense, une partie couverte appelée traverse mise en charnière entre les espaces extérieurs et destinée à héberger les personnels militaires, et enfin une avancée extérieure dont la pointe est orientée vers le Mont Mahury.

La superficie de la casemate est d'environ 150 m2 édifiée sur un terrain de 3600 m2. Le fort est entouré, à l'exception du mur d'enceinte nord, d'une douve sèche qui n'a jamais été mise en eau.

Photos de l'extérieur du Fort :

Pour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque image
Pour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque imagePour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque image
Pour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque imagePour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque image

Pour agrandir les photographies, cliquez au milieu de chaque image

Photos de l'intérieur du Fort :

Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane
Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane
Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane

Ce fort pouvait abriter jusqu'à 50 hommes. Il disposait de 9 cellules fortifiées dont une cellule pour stocker les denrées alimentaires à l'Est, une cellule pour ranger les armes à l'Ouest, et la cellule n°5 utilisée comme poudrière. Vous pouvez voir sur le plan de la traverse abritant les cellules ci-dessous (extrait d'un plan concernant l'état d'avancement du Fortin du Diamant au 30 mars 1848 réalisé par le Capitaine Alfred de Saint Quentin, chargé du Génie en Guyane).

Le fort fut déclassé militairement en 1882 et servit successivement de dépôt de poudre puis de cantonnement pour l’infanterie coloniale entre 1939 et 1949, avant d’être laissé à l’abandon.

La disposition des cellules n'a pas évolué depuis la construction du Fort Diamant. Des toilettes ont été installées dans la cellule près de l'entrée (salle d'armes) pour les visiteurs et une ouverture permettant l'accès pour les personnes à mobilité réduite a été faite dans le mur nord.

Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane

Photos de la casemate (Traverse) :

Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane
Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane
Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane
Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en GuyaneLe Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane

Des travaux de restauration importants ont été réalisés par le Département (Conseil général) en plusieurs phases : - de 1985 à 1988, des travaux de sauvetage de la traverse et de mise en place d'une passerelle, - de 1988 à 2001, restauration intérieure complète de la traverse et l'aménagement des abords. Son bon état de conservation et sa restauration en font le témoin principal de l'architecture militaire du XIXe siècle en Guyane.

Des recherches archéologiques menées en 1993 à l'extérieur de l'édifice et de la partie bâtie n'ont livré pratiquement aucun mobilier archéologique. Quelques vestiges ont été trouvés à l'intérieur des pièces du bâtiment comme des objets liés à la construction (clous, lames, tenailles ...), ou à la vie militaire (balles, cartouches ...) ou à la vie quotidienne (boutons en os, lames de ciseaux ...) ou encore des restes alimentaires (bouteilles de verres, lame de couteaux ...).

Deux monnaies ont été mises à jour dans la cellule 3 et dans la poudrière (cellule 5) qui constituent des marqueurs chronologiques inédits de l’histoire du fort. La première est une pièce de Louis Philippe trouvée sous une pierre de platin dans l’angle de la cellule 3. La deuxième est une monnaie napoléonienne de cinq centimes "Empire Français 1862" qui avait été placée dans le joint en terre du platin de la poudrière.

La présence d’une monnaie de 1862 scellée dans un massif maçonné, est le seul élément à ce jour qui atteste de travaux réalisés dans l’enceinte du fort Diamant après 1849, date communément admise de la fin des travaux de construction de ce fort lancés en 1840.

Le Fort Diamant de Remire-Montjoly en Guyane

Sources :

Conseil général de la Guyane (http://www.cg973.fr/Fort-Diamant).

Archives nationales d'outre-mer.

Persée (un destin guyanais : Jacques-François Artur, 1er médecin du roi à Cayenne au XVIII° siècle, par Céline Ronsseray).

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -