Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 09:04

Il ne reste que quelques vestiges de ce fortin qui est pourtant à l'origine de la création de la ville de Cayenne au milieu du XVIIe siècle. Situé sur une petite colline de 35 mètres de hauteur, sa situation était stratégique car il protégeait la ville de Cayenne qui s'est progressivement développée à ses pieds et offrait une vue imprenable non seulement sur la mer mais aussi sur l'entrée de la rivière de Cayenne.

Le Fort de Cayenne aura changé plusieurs fois de nom au cours de son histoire : Fort Cépérou, Fort Saint Michel et Fort Saint Louis.

Propriété des Forces armées jusqu'en février 2009, le Fort Cépérou a été rétrocédé à la ville de Cayenne qui est chargée de sa gestion et de son entretien, l'Etat restant le propriétaire. Jusqu'alors interdit au public, l'accès a été autorisé par la ville aux visiteurs, mais cela a aussi entraîné quelques dégradations et l'apparition de déchets ... Une réhabilitation prochaine de ce site historique par la mairie de Cayenne est d'ores et déjà prévue.

Un arrêté ministériel du 26 février 1980 porte inscription du Fort et de la colline Cépérou à l'inventaire des sites pittoresques. Aujourd'hui le Fort est un lieu agréable de promenade avec une vue imprenable sur la ville de Cayenne.

Le Fort Cépérou à Cayenne

Un peu d'histoire :

Le premier fortin fut élevé sur la colline de Cépérou en 1643, du nom d'un chef amérindien, par des marchands de Rouen mené par Poncet de Brétigny, directeur de la compagnie dite du "Cap de Nord". Mais les amérindiens anéantissent cette colonie de 300 hommes moins d'un an après son arrivée en raison de la démence de leur chef qui avait pourtant commencé à développer Cayenne.

En 1652, une nouvelle compagnie dirigée par le Capitaine Navarre s'installe à son tour et sera supplantée un an après par la Compagnie de la France Equinoxiale qui ne résistera pas longtemps non plus aux harcèlements des amérindiens Galibis.

Cependant durant cette période, le fort sera renforcé par Jean de Laon, ingénieur du Roi, qui remplacera les fortifications en bois par de la pierre et donnera le nom de Saint Michel à ce fort transformé en bastion. Une ville basse commença à se développer au pied de la colline fortifiée.

Entre 1654 et 1676, le Fort sera hollandais, anglais ou français au gré des conflits qui agitaient alors les puissances coloniales. Le 18 décembre 1676, les troupes dirigées par l'Amiral comte Jean d'Estrées reprennent définitivement la ville aux hollandais commandés par l'Amiral Brinks.

Le Fort Cépérou à Cayenne

Au delà des décennies suivantes, et comme on peut le voir sur le plan ci-dessus, la ville s'étend et se peuple. En 1689 les plans d'une nouvelle enceinte seront dessinés par l'ingénieur du Roi Vauban comprenant des fossés, bastions, palissades et remparts ...

En 1701,le fort est en proie aux flammes qui ravagent aussi la ville composée de cases recouvertes de feuilles de palmistes. En 1749, le fort abritait quatre bâtiments : un magasin à poudre, un magasin des projectiles, un corps de garde et une cuisine. En 1760, l'entrée du chemin couvert fut renforcée par une construction en maçonnerie. En 1782, il restait trois bâtiments dans le fort de Cayenne : un magasin à poudre, un corps de garde et une prison.

En 1809, la Guyane est occupée par les portugais. A leur départ en 1817, ils détruisent tous les systèmes défensifs de l'île de Cayenne. Le fort lui-même ne comprend plus que trois bâtiments délabrés, ses bastions ne sont que des buttes de terre et les vestiges de l'enceinte de la ville de Cayenne sont rasés.

Sous le gouverneur Tardy de Montravel, un phare fut construit sur le morne Cépérou en 1862. En 1864, le fort était dans un état d'abandon. En 1867, un réservoir est construit sur la colline de Cépérou afin d'accueillir l'eau en provenance du lac du Rorota pour alimenter les quatre fontaines de la ville.

Dans la première moitié du 20e siècle, une horloge publique installée sur le site donnait l'heure aux cayennais.

Plan de l'ancienne et nouvelle ville de Cayenne, 1826 - Manuscrit aquarelle du Capitaine du génie Ronmy le 24 février 1826

Plan de l'ancienne et nouvelle ville de Cayenne, 1826 - Manuscrit aquarelle du Capitaine du génie Ronmy le 24 février 1826

Le 12 août 1888, la cloche du fort sonna pendant huit jours consécutifs lors du grand incendie du quartier Sud-est de Cayenne jusqu'à se fendre. On peut la voir aujourd'hui au musée de Cayenne.

Le Fort Cépérou aujourd'hui :

Il n'y a plus grand chose à voir au sommet de la colline Cépérou aujourd'hui si ce n'est une entrée Nord formant un passage couvert en briques et en moellons de roche à ravet. La porte légèrement cintrée, mais très abimée, est en bois renforcé par des clous.

Une plaque en marbre, elle aussi malheureusement vandalisée, a été placée au-dessus de cette porte sur proposition du gouverneur de la Guyane par intérim Emile Merwart le 21 décembre 1901 lors d'une cérémonie de commémoration, à la fois militaire et civile, du 225 ième anniversaire de la reprise de Cayenne par l'amiral d'Estrées (L'inscription exacte de cette plaque se trouve à la fin de cet article).

un petit clocheton en bois à lames fixes couvert d'un toit en pavillon et tôles ondulées est situé près de l'entrée. Cette construction, qui se dégrade d'année en année, supportait autrefois la cloche.

Quelques vestiges d'un bâtiment sont encore visibles.

Quelques photos des vestiges du Fort :

Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.
Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.

Pour agrandir les photos, cliquez au milieu de chaque image.

Différentes vues prises depuis ou du Fort :

Le Fort Cépérou à CayenneLe Fort Cépérou à CayenneLe Fort Cépérou à Cayenne
Le Fort Cépérou à CayenneLe Fort Cépérou à Cayenne
Le Fort Cépérou à CayenneLe Fort Cépérou à Cayenne

Inscriptions scellées sur la porte du Fort Cépérou :

L'inscription a été reprise en lettres d'or (et en majuscule) sur un panneau de bois de Guyane, serti d'un cadre métallique, qu'il est possible de voir au Musée départemental Franconie de Cayenne :

"Le fort établi sur le morne Cépérou par Messire Charles Poncet de Brétigny après son débarquement du 29 novembre 1643. Etant tombé, en mai 1676, aux mains des hollandais qui le garnirent de 300 hommes et 26 canons fut repris de vive force, dans un assaut nocturne le 21 décembre 1676 par les soldats et marins français sous les ordres du Vice-Amiral Comte Jean d'Estrées, Commandant en chef de l'escadre du Ponant.

Dans ce combat furent tués, du côté français MM Bigotteau et Begon, officiers, avec 38 hommes. Il y eut de plus, 10 officiers et 95 hommes blessés dont une quinzaine mortellement. Du côté hollandais, tout ce qui ne périt pas en résistant vaillamment à l'assaut de nos troupes dut se rendre à discrétion.

La présente inscription commémorative votée par le comité de patronage du Musée local a été mis en place le 21 Décembre 1901, jour anniversaire du glorieux fait d'armes qu'elle rappelle."

Sources :

Ministère de la culture - Base Mérimée

http://www.blada.com//data/File/2010pdf/ceperougrid.PDF

manioc.org (Comité de patronage du musée local)

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -