Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 07:41

S'il y a un fait historique assez méconnu, et même ici en Guyane française, c'est bien cette échauffourée entre soldats français et civils brésiliens qui eut lieu le 15 mai 1895 dans le village de Mapa dans le cadre du conflit sur le territoire contesté à l'époque entre le Brésil et la France (Cf. Carte ci-dessous extraite de l'atlas du géographe Paul Vidal de la Blache de 1897).

Avant de résumer brièvement ce sérieux accrochage qui fit de nombreux morts et blessés des deux côtés et qui aurait pu être à l'origine d'une guerre entre les deux pays, revenons sur ce monument érigé au cimetière de Cayenne, au bout de l'allé principale, en l'honneur des sept soldats et marins français morts à Mapa, qui était alors un village du territoire contesté.

Œuvre de l'architecte Joseph Sansboeuf, ce monument payé par souscription publique fut inauguré le 31 août 1901 (Cf. peinture à l'huile ci-dessous, œuvre de Paul Merwart) par le gouverneur intérimaire de la Guyane Emile Merwart (1), le maire de Cayenne Pierre Henry Richard, le général Dumas, et M. Eleuthère Le Blond, président du Conseil général.

(1) Voir l'extrait du discours du gouverneur p. i. Emile Merwart sur cette inauguration du monument de Mapa à l'occasion de l'ouverture de la session ordinaire du Conseil général le 19 novembre 1901 à la fin de cet article.

Cette peinture à l'huile est l'oeuvre du peintre Paul Merwart, frère cadet du gouverneur par interim de la Guyane Emile Merwart. Pour l'anecdote, Paul Merwart est décédé le 8 mai 1902 à Saint Pierre de la Martinique lors de l'éruption de la montagne Pelée.

Cette peinture à l'huile est l'oeuvre du peintre Paul Merwart, frère cadet du gouverneur par interim de la Guyane Emile Merwart. Pour l'anecdote, Paul Merwart est décédé le 8 mai 1902 à Saint Pierre de la Martinique lors de l'éruption de la montagne Pelée.

Petit résumé du différend frontalier entre la France et le Brésil :

Le différend entre la France et le Brésil sur la frontière guyanaise date du début du XVIIIè siècle et il serait difficile dans un seul petit article de résumer tous les aléas historiques que créa ce conflit territorial d'abord avec les portugais puis avec les brésiliens. Pour faire simple, ce contesté fait suite à une erreur dans la dénomination de l'un des fleuves fixant la frontière de la colonie de Guyane, erreur remontant au traité d'Utrecht en 1713.

Malgré des expéditions, des occupations militaires, des négociations, des traités, et des périodes d'attentisme, ce conflit entre français et brésiliens ne fut réglé qu'en 1897 suite à la décision de porter ce litige devant un arbitre international qui fut le Conseil fédéral suisse dont le mandat était de fixer la frontière entre la Guyane et le Brésil.

Bien que cette initiative de choisir la Suisse comme arbitre revint à la France, finalement, la frontière fut officiellement arrêtée le 1er décembre 1900 sur l’actuel fleuve Oyapoque, satisfaisant ainsi les prétentions du Brésil. Cette décision s'était appuyée sur les travaux de plusieurs géographes dont les deux français Reclus et Coudreau.

La décision fut critiquée par la partie la plus conservatrice de la presse française, notamment Le Figaro et Le Temps, qui s’insurgèrent contre cette décision en questionnant l’impartialité de la Suisse.

En réalité, la décision urgente d'agir de la part de la France et du Brésil sur ce différend territorial fut prise en 1896 après ce qui fut appelé l'incident de Mapa.

Monument en hommage aux victimes de Mapa à Cayenne

Bref résumé du combat de Mapa du 15 mai 1895 :

Le peuplement d'origine brésilienne s'intensifiait dans cette zone contestée suite à la découverte de gisements d'or. Une République de Couani fut même proclamée en 1886 par les habitants de la région appuyés par des aventuriers français.

La situation devint explosive quand en 1891 le Capitaine Rajane qui représentait les intérêts de la France dans cette zone fut enlevé à Counani par des aventuriers, conduit à Mapa et gardé en otage.

La France considéra ce geste comme un mouvement plus général soutenu par le gouvernement brésilien et envoya une troupe d'infanterie de marine de 60 hommes à Mapa sur l'aviso Le Bengali commandé par le Capitaine Lunier et le Lieutenant Destoup, ainsi que 24 marins dirigés par l'enseigne de vaisseau d'Escrienne.

A Mapa, la rencontre entre le Capitaine Lunier et le Capitaine Francisco Xavier da Veiga Cabral, gouverneur brésilien autoproclamé de cette région, tourna à l'embuscade. Cabral ouvra le feu à bout portant sur le Capitaine Lunier et des coups de feu furent alors échangés dans les deux sens.

Au total, 7 militaires français furent tués dont le Capitaine Lunier alors que 60 brésiliens tombèrent sous les balles des troupes arrivèes en renfort de l'aviso. Les français mirent le feu au village qui fut totalement détruit.

Monument en hommage aux victimes de Mapa à Cayenne

Sources :

http://terrabrasilis.revues.org/766

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-guyane-or-vers-le-debut-d-une-guerre-franco-bresilienne-de-basse-intensite-107542812.html

http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2013/05/16/le-15-mai-1895-%E2%80%93-le-combat-de-mapa/

WWW.manioc.org (Conseil général de la Guyane)

Monument en hommage aux victimes de Mapa à Cayenne

(1) Extrait du discours du gouverneur par interim Emile Merwart sur cette inauguration du monument de Mapa :

"Enfin, Messieurs, la récapitulation à laquelle je viens de me livrer ne serait pas complète si j'omettais un fait, survenu depuis votre dernière session, qui a eu un grand et légitime retentissement dans le pays : l'inauguration, le 31 août dernier, du monument élevé à la mémoire des soldats et marins tués au combat de Mapa, en mai 1895.

Tous ceux qui ont assisté à cette belle cérémonie sont encore sous l'impression des paroles touchantes prononcées par le Maire de Cayenne et de l'allocution de M. Eleuthère Le Blond, toute pénétrée d'un souffle patriotique. Et comment ne pas se souvenir avec émotion de cette minute où M. le général Dumas, vaincu par la douleur, laissa choir des larmes, tandis que toute l'assistance éclatait en sanglots ? Je reporte, quant à moi, ma pensée avec piété à l'instant inoubliable où tout un peuple assemblé autour de ce monument de deuil s'unissait dans un élan de tendresse pour la Mère-Patrie".

Monument en hommage aux victimes de Mapa à Cayenne

Partager cet article

Repost 0
Rédigé et publié par Phil - dans Vie en Guyane
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -