Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Marie-Odile et Philippe
  • : Ce blog a pour ambition de décrire nos balades à travers la Planète, nos vacances snorkeling, mais aussi et surtout, la vie en Guyane (petites histoires, monuments, faune et flore) ...
  • Contact

Heure de Guyane

 

Recherche

Météo en Guyane

22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 08:28

Il est difficile d'écrire sur ce grand homme guyanais car tout a été dit et par des illustres personnalités comme Charles de Gaulle, André Malraux, et bien d'autres ... De nombreux articles sur d'autres blogs retracent la vie extraordinaire de cet homme brillant, simple et courageux.

Il faut retenir que Adolphe Sylvestre Félix Eboué, né le 26 décembre 1884 à Cayenne, était issu d'une famille de "nouveaux libres" comme on disait à l'époque. En d'autres termes, les membres de sa famille qui avaient été esclaves étaient devenus libres par le décret du 27 avril 1848 dont Victor Shoelcher fut l'initiateur.

Après une brillante carrière, Felix Eboué s'est éteint le 17 mai 1944 au Caire en Egypte d'une congestion cérébrale alors qu'il était parti se reposer avec sa famille. A l'initiative du sénateur Gaston Monnerville, autre forte personnalité guyanaise, la France, par la loi du 28 septembre 1948 ordonna que soient inhumés au Temple de l'Immortalité les restes du Premier Résistant de la France d'Outre-Mer.

Les cendres de Felix Eboué et de Victor Schoelcher furent transférées le même jour au Panthéon, le vendredi 20 mai 1949.

Monument en hommage à Felix Eboué, place des Palmistes à Cayenne

Felix Eboué est le quatrième fils d'une famille de cinq enfants. Son père Yves Urbain Eboué fut d'abord chercheur d'or sur le placer "Enfin" (Haute Mana) avant de finir directeur-adjoint du placer "Dieu Merci". Sa mère, Marie Joséphine Aurélie Leveillé, originaire de Roura, assura l'éducation de ses enfants durant les absences fréquentes et prolongées de son mari.

Après de brillantes études à Cayenne, puis à Bordeaux où, après avoir obtenu une bourse, Felix Eboué poursuivit ses études jusqu'à son baccalauréat. A Paris, il attaque de front des études à l'Ecole coloniale, d'où sort l'élite des administrateurs de la France d'Outre-mer, et une licence en droit qu'il obtient en 1908.

Le 14 juin 1922, il épouse Eugénie Tell à Saint Laurent du Maroni alors qu'il était en congés en Guyane. Née le 23 novembre 1891 à Cayenne, Eugénie Tell-Eboué était la fille du premier directeur noir du bagne de Saint Laurent du Maroni. Elle suivit son mari dans toutes ses affectations outre-mer. Après sa mort, elle mena une carrière politique puisqu'elle fut successivement députée de Guadeloupe, Conseillère de la République et sénatrice, toujours de Guadeloupe.

Felix Eboué fut le premier homme noir à accéder à un grade aussi élevé dans l'administration française. Lors de son décès à l'hôpital français du Caire, il était gouverneur général de l'Afrique Equatoriale Française.

Monument en hommage à Felix Eboué, place des Palmistes à Cayenne

Alors qu'il est gouverneur du Tchad depuis janvier 1939, Félix Eboué, révolté par la demande d'armistice lancée par le maréchal Pétain, prépare secrètement le ralliement du Tchad, et de l'ensemble de l'Afrique Équatoriale Française, à la France libre. Sa décision entraîne également le ralliement du Cameroun, du Congo-Brazzaville et de l'Oubangui-Chari (actuelle Centrafrique).

Nommé gouverneur général de l'Afrique française libre le 12 novembre 1940, Félix Eboué définit les grandes lignes d'une nouvelle politique indigène et prend une part active dans la conférence de Brazzaville début février 1944.

Felix Eboué a été l'un des premiers décorés de la croix des compagnons de la Libération par le général de Gaulle le 26 août 1941 à Brazzaville (décret du 29 janvier 1941). Il est à noter que le gouvernement de Vichy l'avait condamné à mort par contumace en 1941.

Monument en hommage à Felix Eboué, place des Palmistes à Cayenne

Le comité guyanais chargé de l'érection du monument en hommage à Felix Eboué aura eu de nombreuses difficultés administratives avant d'obtenir une décision favorable du président du Conseil Pierre Mendès-France en 1954.

Ces difficultés du comité avaient même été rapportées au Ministre de l'intérieur le 6 juillet 1954 lors d'une séance au Parlement par Edouard Gaumont, député de la Guyane de 1951 à 1958.

Finalement, ce monument sera érigé Place des Palmistes, en lieu et place de la Fontaine Merlet, du nom de l'ancien maire de Cayenne.

L'imposant monument est dû à l'architecte Devallière. La statue de Felix Eboué, réalisée par le sculpteur Maurice Gardon, fut installé en novembre 1957. Le monument fut inauguré le 1er décembre 1957 à Cayenne en présence des autorités civiles et militaires, et notamment du maire de Cayenne, M. Roland Barrat, et de M. le docteur Maurice Rivierez, président du comité d'érection du monument.

Mme Eugénie Eboué-Tell, veuve de Felix Eboué, était présente à cette inauguration.

Monument en hommage à Felix Eboué, place des Palmistes à Cayenne

Sur le socle de la statue (Cf. image ci-dessus), sont gravés ces mots d'A. Malraux, d'après l'épitaphe du poète lyrique grec Simonide sur le mausolée érigé au sommet de Kolonos, théâtre de l'ultime résistance spartiate lors de la bataille des Thermopyles en - 480 :

« Étranger, va dire à Lacédémone que ceux qui sont morts ici sont tombés sous sa loi.

Passant, va dire aux Enfants de notre Pays : De ce qui fut le visage désespéré de la France, les yeux de l'homme qui repose ici, n'ont jamais reflété que les traits du courage et de la liberté. ».

Ces mots d'A. Malraux ont été repris pour le monument de Cayenne car ils figurent déjà sur la tombe de Felix Eboué au Panthéon.

La photo ci-dessus représente le tombeau de Felix Eboué au Panthéon.

La photo ci-dessus représente le tombeau de Felix Eboué au Panthéon.

Sources :

http://www.redris973.fr/HTML/eboue.htm

Conférence le 20 Octobre 2010 de Rodolphe Alexandre, historien et président du Conseil régional de Guyane, sur Félix Eboué (XIVe conférence interrégionale des Fédérations des Antilles et de la Guyane).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -